Bras de fer

Bras de fer
Laetitia Duarte Olivier Baccuzat
Rédacteur en chefolivier.baccuzat@infopro-digital.com

Quand on sent que les fondations de sa maison sont vacillantes, on s’empresse de les renforcer avant que le mal ne soit trop profond et que tout ne se fissure. C’est exactement ce que vient d’entreprendre Agéa, la fédération des syndicats d’agents généraux. Partant du principe que mieux vaut prévenir que guérir, celle-ci a mis en place des groupes de travail chargés de plancher sur l’avenir de la profession pour affronter une concurrence qui fait rage et faire face aux enjeux de la régle­mentation et du digital. Sans oublier la nécessité de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour recruter et attirer de nouveaux profils afin de renouveler une population qui, au fil des ans, ne rajeunit pas. Sur le papier, la démarche est saine. D’autres professions, totalement chamboulées par la révolution numérique et l’arrivée de nouveaux concurrents, auraient bien été inspirées d’en faire autant...

Le menu de ce brainstorming à l’échelle de toute la famille «agents généraux» est copieux. D’autant plus que le mot d’ordre est le suivant : pas de tabou ! Tous les sujets sont mis sur la table, y compris les plus crispants. Honnê­tement, mieux vaut que ce soit le cas. Officiellement, le but du jeu est de collaborer avec les assureurs. Agéa s’est fixée pour objectif d’aboutir à un socle de propositions communes sur la base duquel chaque syndicat, ensuite, discu­tera (ou non) avec sa compagnie. Mais si on lit entre les lignes, on comprend que l’objec­tif de ce projet de refondation est quand même bien d’unir les forces en présence, afin d’éviter que le pot de terre ne cède au pot de fer. Car si personne n’ose prononcer le mot ouvertement, le bras de fer est bien là. Nul besoin d’être devin pour dire que les agents sont attendus au tournant, sur le terrain de la rémunération et celui de la relation clients, plus particulièrement en termes de conseil.

Les agents sont attendus au tournant, sur le terrain de la rémunération et celui de la relation clients.

Lors d’une rencontre organisée avec la presse fin février, Patrick Dixneuf, le nouveau directeur général d’Aviva France, n’y est d’ailleurs pas allé par quatre chemins, affirmant qu’il y aurait de moins en moins de place pour un service de quali­té moyenne. «Le modèle économique de distri­bution par agents généraux est à retravailler», déclarait-il, sans ambages, ajoutant qu’il fallait «redonner une vraie valeur ajoutée au réseau», celui-ci devant même «justifier son existence». Rien que ça. Et d’enfoncer le clou en affirmant que si le réseau Aviva, le quatrième de France, permettait, de par sa structure, de toucher des clientèles très différentes, «ce n’était pas la solution de distribution la moins chère». À enten­dre Patrick Dixneuf, au contraire, «il faut faire attention à ce qu’elle ne se mette pas hors marché par ses coûts». Tout est dit… Les premiers trouvent les seconds trop chers. Les seconds se plaignent que les premiers sous-estiment leur profitabilité. Trouver un terrain d’entente entre compagnies et agents ne sera pas une si mince affaire !

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Bras de fer

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié