C'est la rentrée

C'est la rentrée
François LimogeRédacteur en chef déléguéflimoge@argusdelassurance.com

Ce sont des signes qui ne trompent pas ! Le gilet qui sort de l’armoire et les tongs qui filent dans le fond du placard… Les journées qui raccourcissent et les temps de trajet qui s’allongent. Les publicités, le matin, à la radio qui n’évoquent plus ni grillade ni rosé, mais gommes et cahiers. Si ce n’est pas officiellement la fin de l’été, tout annonce bien la rentrée. Le terme est scolaire, mais il ne désigne plus seulement le retour en classe des plus de 12 millions d’écoliers du primaire et du secondaire. Tout le monde rentre en ce début septembre, les derniers vacanciers, les animateurs télé et les boulangers… C’est le retour du boulot-métro-dodo, des bonnes résolutions diétético-sportives et du débat politique si cher aux Français.

À lire les sondages, nos concitoyens auront encore mis moins de temps qu’il y a cinq ans à critiquer celui pour lequel ils viennent de voter à une large majorité. Emmanuel ­Macron n’a pas profité de l’été : en cent jours, la cote de confiance du président a chuté de 62 % à 36 %, selon l’Ifop. Et Jupiter voit poindre la menace de subir les foudres d’une rentrée agitée. Ce n’est pas la première fois que les commentateurs brandissent le spectre d’un mois de septembre socialement revendicatif, mais les ingrédients semblent réunis pour donner corps à la prophétie. Entrée dans sa dernière ligne droite, la réforme du code du travail suscite toujours l’hostilité, la CGT appelle à la grève générale le 12 septembre prochain et la France insoumise à la manifestation le 23 du même mois.

Difficile de mobiliser les salariés sur des sujets diablement techniques, mais le mouvement pourrait prendre une tout autre ampleur si ­jamais la jeunesse venait à s’y joindre. Des jeunes ­toujours sensibles aux slogans anti­précarité, des jeunes qui n’ont pas forcément apprécié, en juin dernier, le grand loupé du ­logiciel d’affectation post-bac, APB, des jeunes qui s’avèrent les ­premiers touchés par la « connerie » (1) de l’été, la réduction de 5 € par mois des aides au logement, les fameuses APL.

Et d’autres mesures du même type pourraient venir tendre un peu plus le climat. La présen­tation fin septembre du budget de la Sécurité sociale – le PLFSS 2018 – est très attendue. Foin des promesses électorales, il faudra très concrètement contenir le déficit. L’équation est tout aussi complexe pour les deniers de l’État. Le gouvernement vient déjà de confirmer une petite combine : la suppression des cotisations maladie et chômage, en compensation de la hausse de la CSG au 1er janvier 2018, se fera en deux temps. Le concours Lépine de l’économie budgétaire est lancé, et le secteur de l’assurance peut se ­montrer méfiant vis-à-vis d’un exercice qui l’a rarement épargné dans le passé. Bonne rentrée !

(1). Commentaire prêté à Emmanuel Macron publié dans Le Canard enchaîné du 2 août.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

C'est la rentrée

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié