Ca chauffe pour les « zinzins » !

Ca chauffe pour les « zinzins » !

La Terre a peut-être enfin trouvé des alliés de poids pour l'aider à lutter contre le réchauffement climatique ! Certes, les Verts sont au chevet de la Planète bleue depuis de nombreuses années. Mais que pèsent réellement leurs propos, leurs intentions et même leurs actes ? À partir de maintenant, il se pourrait bien que le pouvoir de l'argent s'en mêle, tant ces dérives météorologiques se révèlent lourdes de conséquences pour les investisseurs institutionnels et les sociétés de gestion. C'est une lecture possible de la thèse développée par Mercer dans une étude menée en collaboration avec quatorze investisseurs internationaux, essentiellement anglo-saxons, ne pesant pas moins de 2 000 milliards de dollars d'encours !

Il faut dire que, si l'année 2010 se pose comme un échantillon des prévisions à venir, l'inquiétude est légitime. En effet, les tempêtes en Europe, les inondations en Australie ou au Pakistan, ou encore les incendies et la sécheresse en Russie auraient occasionné des milliards de dollars de pertes. L'étude évoque d'autres conséquences financières directement liées au changement climatique. Ainsi, l'impact sur l'environnement, la santé humaine et la sécurité alimentaire pourraient coûter jusqu'à 4 000 milliards de dollars d'ici à 2030. Parallèlement, il faudrait investir quelque 5 000 milliards de dollars pour réduire les émissions de carbone pendant ce même laps de temps... Sans compter que les changements de politique climatique des États pourraient faire grimper le coût des émissions de carbone à près de 8 000 milliards de dollars d'ici à vingt ans (à 220 dollars la tonne de CO2, contre environ 22 aujourd'hui).

Des chiffres terrifiants, que les investisseurs doivent prendre en considération..., même s'ils en diminuent la portée, considérant peut-être que Mercer force le trait. Les assureurs français, « zinzins » par excellence, subiraient donc doublement les caprices du climat. Ainsi, pendant que les tempêtes gonflent la sinistralité, les risques sur leur portefeuille couvent, laissant planer la menace d'une baisse de leurs rendements. Tout cela se jouant sur le long terme..., durée favorite du secteur. L'écoresponsabilité des acteurs du marché pourrait à l'avenir se traduire par des allocations d'actifs différents, privilégiant peut-être les terres agricoles, les forêts, les infrastructures, l'immobilier, les énergies renouvelables... Reste à savoir si ces orientations stratégiques en matière d'allocation d'actifs seront valorisées par Solvabilité 2. À ce jour, rien n'est moins sûr, mais l'Europe devrait peut-être elle aussi jeter un oeil sur l'étude Mercer et oeuvrer pour limiter la surchauffe.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Mutuelle des Iles Saint Pierre et Miquelon Assurances

REDACTEUR H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Création d'un Organisme Foncier Solidaire à Mayotte.

Etablissement Public Foncier et Aménagement de Mayotte Deal

12 juillet

976 - EPFA DE MAYOTTE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Ca chauffe pour les « zinzins » !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié