Chère solidarité

Chère solidarité
© ©BERNARD MARTINEZ

Peut-être vous aura-t-il échappé que du vendredi 3 au jeudi 10 novembre 2011 s'est tenue une semaine décisive, la Semaine de la finance solidaire. En consultant le site www.finansol.org, qui fait autorité en la matière, on tombe sur une citation de François de Witt, qui en est le président. Je vous la livre : « D'une manière ou d'une autre, l'épargne solidaire représente un compromis entre une épargne et un don »... Toute ressemblance avec des faits réels s'étant déroulés les jours précédant le G20 sont indépendants de notre volonté ! Il poursuit : « L'épargnant solidaire renonce en effet à une partie de son espoir de gain au profit d'une ONG ou d'une entreprise solidaire au sens le plus large du terme. » L'histoire ne dit pas si les États en font partie !

Trêve de plaisanterie, car malheureusement la situation ne prête pas à rire, cette solidarité poussée à l'extrême envers la Grèce pourrait bien voir transformer en don, non pas « une partie des espoirs de gain », mais bel et bien 100% du montant des obligations d'État contractées par les « zinzins ». Promues par les politiques et les médias grand public grandes solidaires en chef, les banques (que les États s'apprêteraient à recapitaliser à la demande) ont quasiment été félicitées, dès le 27 octobre, pour leur adhésion unanime (et néanmoins obtenue après moult tractations bruxelloises) au plan réduisant les remboursements de la dette grecque de 50% à horizon 2020.

Qui a parlé des assureurs ? Personne. Or, même si les représentants du secteur s'évertuent à minimiser l'exposition réelle de l'assurance à la dette souveraine grecque, il va sans dire que ce « cadeau » à l'Olympe pèsera sur les résultats de fin d'année... sans parler des années futures, car jusqu'à présent aucun acteur n'a provisionné 100% de pertes... Et il en est qui affichent encore dans leurs comptes les 21,7% du plan de juillet ! La situation semble profondément agacer l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP), puisque, selon nos sources, son vice-président Jean-Philippe Thierry se serait fendu d'un petit rappel à l'ordre quant à l'obligation de déprécier la valeur des obligations amortissables... Suivez son regard !

Il faut dire qu'à ce rythme-là, et surtout si Rome joue les tragédies grecques, il ne s'agit plus d'une Semaine de la finance solidaire, mais bel et bien d'une décennie qui finira par coûter cher, trop cher.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 octobre 2021

ÉDITION DU 22 octobre 2021 Je consulte

Emploi

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

Natixis Assurances

CHARGÉ D’ÉTUDES ACTUARIELLES INVENTAIRE EPARGNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SOUSCRIPTION CONTRATS D'ASSURANCE.

Ville de Gevrey Chambertin

22 octobre

21 - GEVREY CHAMBERTIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Chère solidarité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié