Chronos ou Kairos ?

Faut-il continuer à accompagner (ou, plutôt, à courir après) la crise avec un extincteur mal adapté, ou bien tenter de la « geler » ? Pour l'heure, il semble que l'ensemble des acteurs concernés sur la planète joue du tuyau d'arrosage, parfois percé comme celui du plan « Paulson », une première fois retoqué par le Sénat américain. À regarder les événements, et l'apparente impuissance des banques centrales et des gouvernements à reprendre un vrai coup d'avance, on pourrait avoir le sentiment d'être engagé dans une course à l'échalote. C'est le principe de Chronos.

Certaines voix s'élèvent, proposant de tout bloquer, afin, non pas de changer les règles du système financier international - il serait trop tard -, mais d'éviter le pire. La Bourse de Moscou a ainsi fait le choix de bloquer toutes les transactions à plusieurs reprises... Imaginons un instant que les gouvernements de la planète, dans un réel souci d'éviter le pire aux entreprises et à leurs citoyens, décident de suspendre toutes les cotations. Pendant ce temps « suspendu », il serait certainement plus facile d'apporter les correctifs nécessaires. Et une fois l'incendie éteint, il serait alors temps de refonder le système. Ce serait le principe de Kairos.

Ce serait probablement le moyen le plus efficace pour restaurer une réelle confiance sur le marché. En attendant, mardi soir, un sondage en ligne réalisé sur le site du journal « le Monde », enregistrant déjà plus de 13 000 votes, montrait que plus de 35 % des personnes n'avaient plutôt pas confiance dans la solidité de leur banque pour faire face à la crise financière...

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Chronos ou Kairos ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié