De quoi je me mail !

Voilà un objectif qui pourrait redonner un second souffle à des politiques RSE pour le moins raplapla. Un objectif qui embrasse toutes les dimensions de cette ­responsabilité sociétale et environnementale, et qui par un malin retour des choses, prend pour cible les excès des nouvelles techno­logies. Ces dernières ayant suppléé ladite RSE dans les préoccupations et les discours.

Ce nouveau « combat », c’est le mail, ou ­courriel en bon français. Bien évidemment, il n’est pas question d’encourager les entreprises et autres organismes de la vie économique à prohiber ce mode de communication devenu indispensable. Personne n’imagine imposer aux générations X, Y et Z un retour au fax ou aux pneumatiques ! Non, l’ambition serait juste de réguler ce qui tend à devenir – il faut bien l’admettre – une véritable plaie. Le courriel pollue dans tous les sens du terme.

Les statistiques diffèrent, mais grosso modo, chaque jour s’échange dans notre monde la bagatelle de 200 milliards de courriels ! Et pour en rester à l’activité professionnelle, les salariés en reçoivent en moyenne entre 40 et 70 par jour. Qu’ils consultent, quand ils en ont la ­pos­sibilité, matin, midi, soir et week-end. De sérieuses études ont montré le rôle majeur du courriel dans les phénomènes d’hyperconnexion et d’infobésité, sources, notamment pour les cadres, de stress et de perturbation de la vie privée. Sans parler du temps « perdu » à séparer le bon grain de l’ivraie.

L’ambition serait juste de réguler ce qui tend à devenir – il faut bien l’admettre – une véritable plaie. Le courriel pollue dans tous les sens du terme.

Certaines entreprises ont décidé de réagir en ­instaurant des chartes de bon usage de la messagerie électronique, voire en coupant le robinet à courriels le soir et durant les fins de semaine ou périodes de congés. Mais les initiatives sont ­encore timides, y compris dans l’assurance. Et pourtant, l’objectif n’est pas hors de portée. ­Allianz France annonce avoir réduit considérablement sa production interne de courriels. Ce faisant, la compagnie n’a pas seulement soulagé ses équipes, elle a également utilement contribué à la protection de l’environnement. La personne qui envoie 33 courriels par jour dégage autant de CO2 que si elle avait parcouru 1 000 km dans sa voiture, révèle l’Ademe (1).

Et on pourrait même imaginer que cette politique RSE intègre les campagnes marketing. Là aussi, le courriel est sans aucun doute un outil formidable et efficace. Mais quel consommateur ne s’est pas agacé devant l’avalanche de propositions commerciales engorgeant sa messagerie ? Et l’on n’évoque pas ici les courriels racoleurs et saugrenus venus d’outre-Atlantique, que la messagerie envoie généralement directement dans la boîte à pourriels, mais du démarchage quotidien de vendeurs d’appartements, d’ordinateurs, de ­pizzas ou… d’assurance. Là aussi, un mail ça va, trois mails, bonjour les dégâts !

1. Dans le cas de figure de courriels de 1 Mo envoyés à deux destinataires. La consommation d’énergie provient principalement des ordinateurs et du stockage de données dans les data centers. Internet, courriels : réduire les impacts – février 2014 – Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances.

Hôpital local de Soultz

25 août

68 - SOULTZ

Prestations d'assistance liée à la gestion des droits de TVA déductible.

Centre Hospitalier de Béziers

25 août

34 - BEZIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

De quoi je me mail !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié