Désordre

Désordre
Laetitia Duarte Olivier Baccuzat Rédacteur en chef olivier.baccuzat@infopro-digital.com

Jusqu’où ira l’effet domino dans l’assurance construction ? Après la faillite, fin 2016, de Gable Insurance AG, basé au Liechtenstein… Après le run-off, en juillet 2017, d’Elite Insurance, domicilié à Gibraltar… Après le placement en redressement judiciaire, en février, du néo-zélandais CBL Insurance (et l’interdiction prononcée à l’encontre de sa filiale européenne d’exercer en France), actionnaire du courtier SFS, lequel cherche désespérément un repreneur… Le marché de la dommages-ouvrage et de la RC décennale a de nouveau été secoué par la défection d’un acteur opérant en libre prestation de service (LPS). Le 4 mars, le danois Alpha Insurance déposait le bilan et cessait « toute souscription et tous les renouvellements ». Ça commence à faire beaucoup. Et la série noire n’est peut-être pas terminée…

« Nous traversons une période que l’on pourrait résumer par l’expression “Bas les masques !”, confie Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment à nos confrères de Batiactu. Ce qui nous préoccupe aujourd’hui, c’est de savoir si nous pourrons continuer, à l’avenir, à nous assurer. Si le taux de sinistres est trop important, est-ce que les grandes compagnies d’assurance continueront de s’intéresser à notre marché ? Pendant la crise économique, certains acteurs ont joué avec le feu en priorisant les prix bas dans le choix de leurs partenaires. Mais il y a toujours un retour de bâton. »

Les « acteurs » évoqués par M. Chanut, ce sont ceux exerçant en LPS, dispositif permettant à un assureur agréé dans un pays de l’Union européenne d’exercer dans un autre État membre sans pour autant y être établi. Ce qui revient à pouvoir travailler en France tout en étant sous le contrôle des régulateurs de Malte, de Gibraltar, du Luxembourg ou d’Irlande, souvent moins regardants que « notre » ACPR nationale. Faut-il revoir le principe de la LPS, fréquemment utilisée dans l’assurance construction mais aussi en RC médicale ou en emprunteur ? Là n’est pas mon propos, d’autant que dans le BTP, il y aurait aussi beaucoup à dire sur les pratiques de certains professionnels du bâtiment…

Mais force est de constater que nous sommes confrontés à un curieux paradoxe. Que l’on parle de Solvabilité 2, de DDA, de RGPD, le marché dans son ensemble ne cesse de se plaindre du caractère contraignant des textes réglementaires d’inspiration européenne. À l’inverse, de nombreuses voix dénoncent, à demi-mot, le no man’s land juridique découlant de l’article 56 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne sur la LPS. Bref, d’un côté, il y aurait trop de règles ; de l’autre, pas assez. Le problème, c’est que, sauf à ce que le marché s’autorégule, la situation n’est pas près d’évoluer. Sur la question de la LPS, on a un peu l’impression qu’entre la Commission européenne, les régulateurs et les intermédiaires, tout le monde se renvoie la balle, question responsabilités. Ce qui fait un peu désordre. Surtout, il n’y a pas meilleur moyen d’alimenter un sentiment antieuropéen déjà très fort.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture, livraison et gestion de titres restaurant pour le Centre de Gestion de ...

Centre Gestion Fonction Publique Territ.des P. Atl. Maison des Communes

18 août

64 - PAU

Services d'assurances pour la commune de Vinon-sur-verdon.

Ville de Vinon sur Verdon

18 août

83 - VINON SUR VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Désordre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié