Edito : Après nous, le déluge…

Edito : Après nous, le déluge…
François Limoge, rédacteur en chef délégué de l'Argus de l'assurance. © bernard martinez

«J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. » Le président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), Bernard Spitz, aurait pu citer Paul Nizan en préface de son dernier ouvrage. Publié le 2 septembre, « On achève bien les jeunes » dresse un terrible constat de la situation des moins de 25 ans dans notre pays : taux de chômage record, logements inaccessibles, contrats précaires, mauvaise couverture santé… « La France a sacrifié sa jeunesse », dénonce l’ancien conseiller de Michel Rocard, qui formule vingt-quatre propositions pour « rétablir l’équité entre générations ».

Il s’agirait d’en finir avec une société qui repousse sans cesse les réformes douloureuses, se souciant comme d’une guigne de laisser aux jeunes le soin de régler l’addition.

Il s’agirait donc d’un peu mieux répartir les efforts et d’en finir avec une société qui vit à crédit depuis quarante ans, repousse sans cesse les réformes douloureuses, se souciant comme d’une guigne de laisser aux jeunes d’aujourd’hui ou de demain le soin de régler l’addition. En sachant pertinemment que cette dernière serait d’autant plus salée dans une France vieillissante. Dans son célèbre ouvrage « le Destin des générations », réactualisé en 2010, le sociologue Louis Chauvel appelait déjà à une redéfinition du contrat social.

La statistique est implacable. Niveau de revenus, taux de pauvreté… Les jeunes sont à la traîne et, dans son rapport « Faire du bien vieillir un projet de sociétés », publié au printemps, l’institut Montaigne rappelle que les seniors, qui représentent 23% de la population, possèdent pas moins de 54% du patrimoine financier et immobilier.

Le sujet est sensible. La « guerre des générations » revue et corrigée par Les Enfoirés a suscité, en début d’année, une vive polémique. Et l’idée d’une génération sacrifiant la suivante pour son bien-être est contestée. L’importance de l’aide intergénérationnelle, notamment financière, tendrait à infirmer l’égoïsme des aînés. Et plus encore, selon certains économistes, le vrai sujet serait la persistance d’inégalités fortes au sein mêmes des générations.

Le débat est loin d’être clos et il ne manquera pas de terrains pour s’exprimer dans les prochains mois. On pense évidemment à la difficile négociation sur l’équilibre des régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco, mais également, dans un tout autre domaine, à la conférence internationale sur le réchauffement climatique. La fameuse COP 21, qui se tiendra à compter du 30 novembre à Paris, sera notamment l’occasion de vérifier si ce « sacrifice » de la jeunesse est véritablement une exception française.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 15 juillet 2022

ÉDITION DU 15 juillet 2022 Je consulte

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance multirisque du patrimoine d'Habitat 76

Habitat 76 - OPH de Seine Maritime

08 décembre

76 - Rouen

Renouvellement du contrat d'assurance retraite du personnel

Habitat 08

08 décembre

08 - Charleville-Mézières

Contrôle de service fait Fonds Social Européen.

Conseil Général du Puy de Dôme

08 décembre

63 - CLERMONT FERRAND

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Edito : Après nous, le déluge…

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié