Edito : Réveil douloureux

Edito : Réveil douloureux

Cette fois, c’est la guerre. Notre président l’a solennellement ­décrété. Notre ­quotidien est désormais voilé. La peur s’est installée. Notre ­avenir s’écrit en pointillés. Nous sommes tous anesthésiés, prisonniers de cet état d’urgence dans lequel nous avons basculé ce ­vendredi 13 novembre, au moment même où les Eagles of Death Metal, ironie ­suprême de l’histoire, entonnaient au Bataclan leur hymne ­libertaire, Kiss the Devil.

Et c’est justement ce qu’ils voulaient, ceux qu’on ne nommera pas. S’attaquer à l’humour, à la douceur de vivre. Nous forcer à abdiquer d’une ­partie de nos droits fondamentaux. Nous main­tenir en perpétuel état d’urgence.

Comme si le comble du luxe, le comble de la liberté étaient justement de pouvoir prendre son temps. Perdre son temps, même. Traîner à une terrasse de café. Écouter du rock paillard. Déambuler une veille de week-end. S’offrir des parenthèses enchantées. Se ­projeter. Refaire le monde. ­Résister à tous ces petits états d’urgence qui plombent ­insidieusement nos vies.

Alors, on aimerait pouvoir prendre le contre-pied. Se dire que la douceur sera notre antidote à leur barbarie, que la bienveillance sera le fruit des massacres qui ont été perpétrés. Que de l’état d’urgence va naître un après plus solidaire, plus fraternel. Que « l’effet 13 ­novembre », comme en son temps « l’effet 11 janvier », accouchera d’un élan inédit, d’un souffle nouveau. Sauf que, par ­définition, l’urgence est un état fugace, transitoire, dont il faut sortir au plus vite. Un état tellement hors du temps, hors de tout, qu’il n’y a pas ­d’antonyme à urgence, dans le dictionnaire. Un état dont une seule issue semble ­souhaitable : le retour à la ­normale.

Mais soyons honnêtes, elle était si bien que ça, la normale, si elle a pu servir, au pied de chez nous, de ­terreau au fanatisme ? Certes, la loi impose désormais de ne plus ­évaluer notre progrès par le seul prisme du PIB (1), mais de tenir compte, chaque année, de critères mesurant le ­développement durable et la qualité de la vie – dont les sorties ­précoces du système scolaire, ­fortement ­corrélées aux dérives ­fanatiques.

Mais c’est maintenant qu’il faut fixer les termes de notre nouvelle normalité. Savoir, par exemple, jusqu’où aller au nom du « pacte de sécurité », puisque, on le sait, l’enjeu est de prendre le mal à la racine. S’interroger, passé l’effet compassionnel, sur ce qui relève vraiment de la solidarité nationale. Ou encore, plus trivialement, se ­demander ce que vaut une clause dans un contrat quand l’exceptionnel se banalise.

Fatalement, le réveil risque d’être un peu douloureux. Mais cela fera toujours moins mal qu’embrasser le diable.

(1) Loi du 13 avril 2015 sur les nouveaux indicateurs de richesse mesurant « la qualité et la soutenabilité du développement économique ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Angular JS (F/H)

Postuler

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service d'assurance en matière de frais de santé pour l'EPA Sénart.

EPA de la Ville Nouvelle de Sénart

14 novembre

77 - EPA DE SENART

Prestations d'assurance - Dommages aux biens et risques annexes.

Ville du Tampon

14 novembre

974 - LE TAMPON

RENOUVELLEMENT DU CONTRAT-GROUPE D'ASSURANCE STATUTAIRE DU CENTRE DE GESTION DE LA ...

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Cayenne

14 novembre

973 - CDG 973

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Edito : Réveil douloureux

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié