Edito : tranche napolitaine

Edito : tranche napolitaine
Géraldine Vial, rédactrice en chef de l'Argus de l'assurance.
Edito : tranche napolitaine
Géraldine VialRédactrice en chefgvial@argusdelassurance.com © Laetitia Duarte

Par ici l’addition ! Les neuf géants de l’assurance (1) connaissent désormais le prix à payer pour être réputés d’importance systémique. Parce qu’ils sont gros, globaux, interconnectés, et parce qu’ils se sont risqués hors du champ traditionnel de l’assurance, par exemple en accordant des prêts ou des garanties financières, il a été jugé qu’un défaut de leur part pourrait mettre à mal le système financier mondial.

À partir de janvier 2019, ces G-SIIs (global systemically important insurers) seront donc tenus de disposer d’un matelas additionnel de fonds propres, le HLA (higher loss absorbency), en plus de l’exigence de capital de base, le BCR (basic capital requirements). Sauf que le BCR sera à terme remplacé par l’ICS, le futur standard de capital international basé sur les risques. En cours d’élaboration, l’ICS est destiné à la cinquantaine de groupes « actifs à l’inter­national », les IAIGs. Vous suivez ? Et non, vous n’aviez pas tout vu avec Solvabilité 2…

En fait, c’est assez simple : les groupes concernés devront immobiliser environ 10 % de fonds propres supplémentaires. Cette « surcharge systémique » répond à un triple objectif. Un, offrir plus de sécurité au système, en multipliant les coussins de sécurité et en pénalisant les activités les plus risquées. Deux, lutter contre l’aléa moral (les assureurs en question pourraient indûment se croire « too big to fail » parce qu’ils font partie de la liste VIP des G-SIIs). Et trois, internaliser par anticipation les coûts, pour le contribuable, qu’engendrerait leur éventuelle faillite.

Sauf que l’addition s’est révélée plus salée que prévu. Le BCR, tel que présenté au G20 de 2014, a finalement été jugé trop light pour être honnête. Or, de son calcul dépend celui du HLA… D’où une réévaluation surprise de 33% (!) du besoin de capital socle, officiellement pour le faire converger, sur trois ans, vers l’ICS. Malgré cet ajout de crème, la tranche napolitaine (2) devrait rester digérable, nous assure-t-on. Selon l’Association internationale des contrôleurs d’assurance (IAIS), les 9 groupes concernés couvrent, en effet, à hauteur de 260% leurs futures exigences, qui correspondent à la somme du BCR enrichi et du HLA.

Sauf que l’on risque malgré tout de friser l’indigestion. D’abord, la question de l’articulation entre cette nouvelle couche de régulation internationale et le plum pudding (3) que constitue Solvabilité 2 n’est pas vraiment tranchée. D’où un léger risque d’étouffement chez les 5 européens concernés. Ensuite, un doute subsiste sur certains dosages de la recette. Dit autrement, les critères qui déterminent l’entrée ou non dans la fameuse liste systémique continuent de faire débat. Enfin, le chef pâtissier, en l’occurrence le Conseil de stabilité financière (FSB), bras armé du G20 et notoirement américano centré, n’est pas réputé pour la légèreté de son coup de main. Avec tout çà, il reste à espérer que les assurés seront vraiment, vraiment mieux protégés en cas de panique en cuisine.

1. Les Américains AIG, MetLife et Prudential Financial, les Européens Allianz, Aviva, Axa, Generali et Prudential plc, le Chinois Ping An. La liste doit être mise à jour pour le G20 de novembre prochain.
2. Gâteau nord-américain, malgré son nom !
3. Dessert anglais roboratif contenant une grande quantité de fruits secs.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Mutuelle des Iles Saint Pierre et Miquelon Assurances

REDACTEUR H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Création d'un Organisme Foncier Solidaire à Mayotte.

Etablissement Public Foncier et Aménagement de Mayotte Deal

12 juillet

976 - EPFA DE MAYOTTE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Edito : tranche napolitaine

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié