Électron libre

Électron libre
Olivier Baccuzat Rédacteur en chef olivier.baccuzat@infopro-digital.com

Non content de bousculer le marché automobile avec ses voitures 100% électriques, Elon Musk, le patron du constructeur américain Tesla, s’attaque à ­celui… de l’assurance?! Enfin, pour les véhicules de sa marque. Même si son succès ­commercial est à relativiser (record de ventes au troisième trimestre, mais, dans le même temps, ses pertes financières atteignent aussi des sommets et le lancement de son ­dernier-né, le Model 3, a connu de gros ratés), Elon Musk vient d’annoncer le lancement d’InsureMyTesla. Un programme conçu en partenariat avec l’Américain Liberty Mutual Insurance. Disponible aux États-Unis depuis le 10 octobre, ce produit est conçu spécifiquement pour les trois modèles de la marque. Il offre, pêle-mêle, une solution de remplacement par un véhicule neuf la première année, un tarif ­garanti pendant un an, l’utilisation de pièces de rechange d’origine et, en options, une assistance routière ou encore le remboursement d’une location le temps que la voiture soit réparée. Tesla promet des tarifs concurrentiels, mais n’a pas dévoilé pour autant de chiffre précis sur le coût de son assurance «?maison?».

Véritable électron libre de l’industrie, Elon Musk s’est fait une spécialité de s’aventurer sur des terrains de jeu qui, a priori, ne sont pas les siens. Mais que diable va-t-il donc faire dans l’assurance, cette fois-ci?? Il y a quelques mois, l’entrepreneur touche-à-tout regrettait que l’assureur AAA, qui officie dans le nord de la Californie, au Nevada et dans l’Utah, ait augmenté ses tarifs pour les véhicules Tesla alors que, selon les estimations du constructeur, assurer des modèles S ou X devait, au contraire, coûter 5?% moins cher que pour d’autres voitures ­premiums. Bref, estimant ses automobiles plus sûres – ce qui est discuté, outre-Atlantique, du fait notamment de l’accident mortel, en mai 2016, d’un conducteur ayant utilisé la fonction pilote automatique –, Elon Musk jugeait que ses clients n’étaient pas payés en retour, leur sinistralité étant supposée diminuer. Une anomalie qu’il entend réparer avec InsureMyTesla. On verra si, à l’arrivée, les primes qu’il propose sont réellement moins élevées.

Sur le papier, en tout cas, il a tous les outils en main. Les Tesla, merveilles de voitures connectées, sont capables de passer au crible, minute après ­minute et kilomètre après kilomètre, les moindres faits et gestes de leur conducteur. Et, de ce fait, Elon Musk devrait être en capacité de leur offrir une prime d’assurance sur mesure. Le fameux «?pay how you drive?» qui est dans l’ère du temps. Ce qui l’est aussi, c’est de proposer une solution «?tout-en-un?» comprenant la voiture, son entretien et son assurance.

Tesla n’est pas le premier à dégainer une telle offre encapsulée, suivant à la trace l’automobiliste grâce à la télématique embarquée. En France, Renault l’a fait avec Amaguiz, par exemple, pour sa petite citadine électrique Zoe. Idem pour BMW, pour ses i3 et i8, en partenariat avec ­Allianz. D’autres y viennent ou vont y venir. Pour les assureurs, gare, toutefois, à ne pas laisser des constructeurs s’intercaler entre eux et les automobilistes, au risque d’être cantonnés au simple rôle de porteur de risque.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Électron libre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié