Exemplaire !

Exemplaire !
François Limoge, rédacteur en chef délégué © Laetitia Duarte

Les organismes non-lucratifs n’hésitent jamais à pousser leur différence… Les termes de valeurs, solidarité et respect de l’humain reviennent régulièrement dans les argumentaires et déclarations. Ces acteurs de l’économie dite sociale et solidaire (ESS) expliquent se démarquer des entreprises capitalistiques en ne recherchant pas le profit pour le profit. Le résultat n’est là que pour assurer la pérennité de l’entreprise, et leur intérêt n’est pas dans le bonheur de l’actionnaire mais dans celui de la société. Un engagement qui exige, de fait, de se montrer exemplaire dans sa gestion des ressources humaines. Comment imaginer que les détracteurs d’un capitalisme sauvage fassent peu de cas de leurs salariés ? À moins de considérer que tout cela ne serait que communication et discours creux…

Or dans l’assurance, secteur où le non-lucratif est très fortement implanté – près de 40 % du dommage aux particuliers et près de 70 % de la santé –, l’actualité ne manque pas d’interpeller. En quelques mois, plusieurs dirigeants de l’ESS se sont retrouvés mis à pied du jour au lendemain ou écartés sans ménagement. Il n’est pas inconcevable que l’entraîneur paie les mauvais résultats ou les fautes de gestion, mais rien n’exige des pratiques aussi rudes. Et qui peut imaginer qu’elles interviennent dans un climat social serein ? Paradoxe : ces organismes qui n’aiment pas le profit se font épingler pour leurs politiques de rémunération, parachutes dorés ou revalorisation importante du salaire de leurs dirigeants.

Les critiques sont parfois discutables, les fuites au Canard enchaîné savamment orchestrées, mais ces affaires confirment que l’économie sociale et solidaire est attendue au tournant. Quoi de plus logique lorsque l’on prétend incarner un autre modèle économique ET social ? Salaires, formation, avantages sociaux… les salariés des groupes de protection sociale et des mutuelles sont-ils mieux considérés que leurs collègues des compagnies ? Difficile d’apporter une réponse univoque, et l’on peut objecter que les structures paritaires et mutualistes sont plus petites. La concentration en cours devrait professionnaliser les politiques RH. Reste que dans les entreprises de plus de 1 000 salariés, la récente publication des fameux index d’égalité femmes-hommes n’apporte pas la démonstration éclatante que la parité serait bien mieux prise en compte par les assureurs non-lucratifs. L’économie sociale et solidaire a encore beaucoup à prouver !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 février 2020

ÉDITION DU 14 février 2020 Je consulte

Emploi

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES - PRESTATIONS DE CONSEILS ET DE REPRES...

Etablissement Portuaire de St Martin

16 février

971 - ST MARTIN

PRESTATIONS DE CONSEILS ET DE REPRESENTATION JURIDIQUES.

EPIC - Office de Tourisme

16 février

971 - ST MARTIN

Assistance à la passation de marchés publics portant sur les systèmes d'information...

Ministère de l'intérieur - Service informations et relations publique

16 février

75 - MINISTERE DE L'INTERIEUR

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Exemplaire !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié