Ils ne parlent que de ça !

Ils ne parlent que de ça !
Laetitia Duarte Olivier BaccuzatRédacteur en chefolivier.baccuzat@infopro-digital.com

«L’informatique n’est plus une question d’ordinateurs. C’est notre mode de vie. » Cette phrase rendit célèbre le chercheur Nicholas Negroponte, informaticien au Massachusetts Institute of Technology de Boston et auteur, en 1995, d’un best-seller au titre prémonitoire : Being digital, ou L’homme numérique, en français. S’il ­décrivait dans cet ouvrage comment le multi­média et les « autoroutes de l’information » allaient changer notre vie, sans doute le ­chercheur américain n’imaginait-il pas qu’un jour, une nation nommerait un « ambassadeur du digital ».

C’est pourtant ce que vient de faire le Danemark. Estimant que des géants comme Google, Apple ou Microsoft pesaient autant sur l’échiquier mondial que bien des États, son ministre des Affaires étrangères a ­annoncé que la création d’un tel poste visait à « tisser des liens plus étroits » avec les Gafa présents matin, midi et soir dans notre ­quotidien. Une décision pas si étonnante que ça. Il y a fort à parier que le Danemark fera bientôt des émules tant le digital est désormais partout. La France dispose d’ailleurs, en la personne de Gilles Babinet, d’un « digital champion » auprès de la Commis­sion européenne, à Bruxelles. Cette prééminence du numérique, ce ne sont pas les assureurs qui vont la renier puisque c’est la priori­té du moment (avec la relation clients, mais les deux sujets sont intimement liés). Que ce soit via des structures d’investissement, des labs de recherche, l’utilisation du big data ou de nouvelles offres basées sur des objets connectés, chacun y va de son innovation. Avec plus ou moins de bonheur. Bref, la transformation digita­le bat son plein. Y compris en matière d’apprentissage. La branche, qui emploie dans l’Hexagone quelque 147 000 personnes, vient d’ailleurs de se doter, avec l’organisme de formation Opcabaia, d’un certificat digital (CDA) afin de sensi­biliser les salariés du secteur et de leur permet­tre de s’adapter aux enjeux de la mutation numérique de leur écosystème. D’ici à 2020, tous devront avoir réalisé un test en ligne de deux heures afin d’obtenir leur CDA.

« C’est beaucoup de marketing. On oublie que le digital n’est qu’un outil qui doit servir à aller quelque part. »

Qu’on inculque les bonnes pratiques, qu’on diffuse cette culture est sans nul doute une bonne chose. Mais attention à ce que le sujet ne devienne pas non plus l’alpha et l’omega, préviennent certains. « Dans l’assurance, tout le monde ne parle que de ça. Pas une conférence où ce mot ne soit prononcé des dizaines de fois », fait ainsi remarquer un grand acteur de la place, que cette techno-frénésie amuse mais inquiète aussi. « C’est beaucoup de marketing. On oublie que le digital n’est qu’un outil qui doit servir à aller quelque part. » Et de conclure : « Cela ne doit pas nous éloigner de l’essen­tiel : la garantie des risques couverts par une assurance ». Et si, en clair, faire du digital, ça ne consistait pas, tout simplement, comme l’écrit sur son blog Bertrand Duperrin, spécialiste de la transformation digitale, « à revenir aux métiers prédigitaux » ? Mais en mieux.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 08 novembre 2019

ÉDITION DU 08 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Analyste Fonctionnel en Assurance Vie (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de prévoyance

AFNIC - Association Française pour le Nomage Internet en Coopération

11 novembre

78 - Montigny-le-Bretonneux

Prestations de service d'assurance en matière de frais de santé

EPA de la Ville Nouvelle de Sénart

11 novembre

91 - EPA SENART

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Ils ne parlent que de ça !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié