L'appel de la province

Humanis devrait faire des heureux ! Près de 150 salariés de ce groupe de protection sociale se sont déjà montrés intéressés par la proposition de quitter la banlieue parisienne pour un poste en provin­ce. Bien évidemment, ce départ est encouragé avec, notamment, une prise en charge de leur déménagement, mais même sans cela il est fort à parier qu’il n’aurait pas été très difficile de trouver des candidats, tant les salariés franciliens aspirent à prendre la poudre d’escampette.

Sondage après sondage, ouvriers, employés ou cadres manifestent leur envie de quitter Paris et sa banlieue. Et ce ne sont pas que des mots : l’île-de-France affiche un solde migratoire déficitaire avec les autres régions. Il y a certes les sexagénaires qui retournent, une fois la retraite venue, sur leurs terres familiales, mais pas seulement. Beaucoup de famil­les plient bagages, considérant que travail­ler dans la ville Lumière est un enfer.

Pas moins de 40 % des salariés d’île-de-France avouent ainsi avoir des difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle, selon une récente étude du groupe Malakoff Médéric sur la qualité de vie au travail et ils sont près de la moitié des 30-39 ans dans ce cas.

Pour aller et revenir de leur travail, près de 60 % des Franciliens passent, chaque jour, plus d’une heure coincés dans les bouchons ou entassés dans le métro et le RER.

Des pourcentages supérieurs aux autres régions. En cause : le temps de transport. Pour aller et revenir de leur travail, près de 60 % d’entre eux – contre un tiers pour la France entière –passent, chaque jour, plus d’une heure coincés dans les bouchons ou entassés dans le métro et le RER. On comprend mieux l’appel de la province.

Difficile pour autant d’imaginer transférer La Défense à Bordeaux ou à Nantes ! Même si Humanis est tout autant gagnant dans l’opération en réduisant ses coûts immobiliers, le groupe ne déconcentre que 400 emplois d’ici à 2018. C’est pourquoi il envisage de développer le télétravail. Une solution privilégiée notamment par Generali. La compagnie, comme nombre de ses consœurs, a déserté le quartier historique de l’assurance, dans le IXe arrondissement parisien, pour la proche banlieue, en l’occur­rence la Plaine Saint-Denis. Un groupe d’immeubles flambant neufs, fonctionnels, mais desservis par le RER B, un train soi-disant « express » qui prend le plus souvent l’allure d’un tortillard, régulièrement immobilisé par des incidents de toute nature. La direction de Generali a donc encouragé, équipement à la clef, ceux qui le souhaitaient, à travailler certains jours chez eux. Moins de fatigue pour les salariés et plus de disponibilité pour l’entreprise, la formule a susci­té près de 500 demandes en six mois !

Le télétravail séduit. Près des deux tiers des salariés français, d’après une étude Randstad, sont favorables à l’idée de déserter le bureau,  mais… à petite dose. Ainsi 35 % des sondés ne l’envisagent qu’occasionnellement. Pas surprenant, car ces mêmes salariés citent, dans l’étude Mala­koff Médéric précitée, « l’ambiance et les relations avec leurs collègues », comme le premier critère de qualité de vie au travail, y compris en île-de-France. Reste à convaincre le management que là aussi, c’est du gagnant-gagnant !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurances

EPF Ile de France

24 février

75 - EPF ILE DE FRANCE

Marché d assurances de l établissement public Campus Condorcet.

Campus Condorcet

23 février

93 - CAMPUS CONDORCET

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'appel de la province

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié