La belle assurance du risk manager

La belle assurance du risk manager
©BERNARD MARTINEZ Anne Lavaud Rédactrice en chef

L'assurance reste, et de loin, le premier sujet des risk managers. Difficile de savoir si l'objectif de la troisième édition du Baromètre des risk managers réalisé par Deloitte pour l'Amrae (1) était de confirmer cette évidence. Toujours est-il qu'elle saute aux yeux ! Ce document, essentiel pour qui travaille avec cette profession, foisonne de données relatives à cette population qui se déploie et installe ses cartographies non seulement dans les grands groupes, mais de plus en plus souvent dans les entreprises de taille intermédiaire (ETI), voire quelques PME.

Le baromètre de Deloitte rappelle que la fonction de risk manager est avant technique, ce qui n'enlève rien au mérite de ce professionnel.

Deloitte nous dit tout sur les risk managers : leur formation, leurs titres (et ils sont nombreux !), leur salaire, leur positionnement hiérarchique, leurs aspirations pour le devenir de leur carrière... Surtout, exploitant la nomenclature du périmètre d'activités telle que défini par le référentiel métier, le Baromètre liste les 47 tâches qui leur sont dévolues et mesure pour chacune leur degré d'implication. Si l'activité remportant la plus forte adhésion (83% des répondants) est la « participation au développement, à l'animation et à la formation d'un réseau de correspondants chargés de la remontée des informations terrain », c'est bien dans les 10 tâches regroupées sous l'appellation « financement des risques et gestion des sinistres » que s'inscrivent les meilleurs scores (8 au-dessus de 60%, dont 4 au-dessus de 70%). La palme revenant conjointement à l'organisation des relations avec les assureurs et les courtiers (72%) et le suivi des sinistres (72%). Bref, un grand classique, qui n'enlève rien au mérite des risk managers mais qui rappelle que leur fonction est avant tout technique. Pour preuve, l'activité recueillant le plus faible pourcentage (22%) est « la compréhension et la participation à l'élaboration et l'exécution d'une stratégie ».

Ainsi, comme le rappelle André Melly dans le deuxième opus de sa saga sur l'évolution du courtage en France (lire p. 54), si la littérature sur le risk management qui fit florès dans les années 80 faisait du risk manager l'alter ego du dirigeant, la correction de trajectoire apparaît sévère.

Néanmoins, la « bande » de quadras et de jeunes quinquas qui constitue le coeur du bataillon des risk managers français semble parfaitement à l'aise dans son rôle au sein de l'entreprise, dans le travail au quotidien, et face à une rémunération confortable (entre 100 000 et 120 000 € par an en moyenne hors variable)... Et voilà comment l'assurance gagne les risk managers !

1. Document disponible sur le site www.amrae.fr.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 novembre 2019

ÉDITION DU 22 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

La belle assurance du risk manager

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié