Le livret A grippé !

La Banque de France n'a pas jugé utile de procéder à une réévaluation du taux du produit d'épargne chouchou des Français. Pour un éventuel gain d'un quart de point, il faudra maintenant attendre un nouvel examen de la situation en juillet pour une hausse au 1er août, à moins que celle-ci n'intervienne qu'en novembre. Du jamais vu pour ce placement mythique, grand favori de nos compatriotes, qui sont 48 millions à serrer leurs économies dans ce petit carnet rouge réputé depuis toujours servir leurs intérêts. Seulement voilà, avec un malheureux taux de 1,25 % fixé à son plus bas historique depuis août 2009, ses attraits fondent au profit d'autres produits plus prometteurs, comme l'assurance vie, qui affiche, fin 2009, un insolent encours de 1 252 MdE contre 160,9 MdE pour le livret A.

Cependant, analystes et économistes, qui voient en lui un véritable indicateur de l'épargne populaire, avaient parié sur la hausse du taux dès la fête du Travail. En effet, l'application stricte du mode de calcul servant à relever le taux du livret A aurait dû le propulser à 1,75 %, en raison d'une augmentation de l'inflation et de l'évolution des marchés financiers. Certains ajoutant même que, climat social et politique aidant, il aurait été astucieux de garantir aux petits épargnants le maintien de leur pouvoir d'achat. Car, même s'il est de bon ton d'accuser les Français d'illettrisme économique, il y a fort à parier qu'ils parviendront à comprendre qu'un taux d'intérêt à 1,25 % ne permet pas de compenser une inflation à 1,6 %, comme celle que l'Insee vient d'annoncer sur une année glissante !

En appauvrissant ainsi le livret A, c'est toute l'épargne réglementée qui est touchée : compte épargne logement, livret d'épargne populaire, voire ce bon vieux Codevi, devenu livret de développement durable (LDD), bientôt LDDI, histoire de ne pas oublier l'industrie dans le développement. Toutes ces bonnes idées de placements autrefois défendues par les banquiers risquent de tomber en désuétude au profit de l'assurance vie, qui a servi, en moyenne, 3,70 % en 2009. Or, même soumise à fiscalité, elle reste plus performante que ce pauvre livret A, qui est définitivement grippé.


LES FRANÇAIS VONT VITE COMPRENDRE QU'UN TAUX À 1,25 % NE COMPENSE PAS UNE INFLATION À 1,6 %. TANT MIEUX POUR L'ASSURANCE VIE, QUI A SERVI DU 3,7 %...

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 30 octobre 2020

ÉDITION DU 30 octobre 2020 Je consulte

Emploi

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances

SEMIGA

31 octobre

30 - SEMIGA

Prestations d'assurances pour l'ign.

Institut National de l'Information Géographique et Forestière - IGN

31 octobre

94 - ST MANDE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le livret A grippé !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié