Médicament : vite, un remède !

Médicament : vite, un remède !
Anne Lavaud rédactrice en chef © BERNARD MARTINEZ

Les Français sont préoccupés. Jusque-là, rien de nouveau, et surtout pas pour TNS Sofres qui mesure leur degré d'inquiétude chaque mois depuis quatre ans pour le journal La Croix et Covéa Finance. Si la peur du chômage et les craintes sur l'emploi demeurent, et de loin, les soucis majeurs des Français, la santé et la qualité des soins arrivent derrière, avec un score faisant quasiment jeu égal avec l'évolution du pouvoir d'achat et le financement des retraites. Voilà un peloton de tête révélateur d'un état d'esprit chagrin. Une angoisse partagée par les hommes et les femmes... sauf concernant la santé, qui tracasse davantage les Françaises.

Il faut dire que l'actualité en général est porteuse d'inquiétudes, et tout spécialement relatives à notre santé... et cela sans même avoir besoin d'évoquer le spectre d'un taux de radioactivité élevé qui affole tant par sa dangerosité que par son immatérialité volatile ne laissant planer aucun doute sur son incapacité à contourner les frontières ! En effet, faisant fi des particules radioactives, l'inquiétude pourrait ne tenir qu'à la publication, par l'Afssaps, d'une liste de 77 médicaments placés sous surveillance. Un premier niveau de stress renforcé par l'UFC-Que choisir qui estime que 31 d'entre eux sont à éviter absolu-ment, dont 8 à retirer d'urgence du marché. Les autres, ceux que l'association de consommateurs n'estime pas dangereux, feraient preuve d'une inefficacité telle que l'apposition de la « vignette orange » serait, à elle seule, une injure à notre système de santé pour le moins souffreteux.

Ainsi - dans un manichéisme que je concède comme étant primaire et souvent injustifié - pourrait-on en conclure que nos médicaments sont au mieux inadaptés, au pire dangereux. Qu'en pensent les laboratoires Servier ? Et notre ministre de la Santé Xavier Bertrand ? Une certitude : ils ne sont pas d'accord... surtout lorsque les victimes d'une molécule universellement incriminée haussent le ton. Mais rien n'empêchera les arguments déployés par l'avocat de l'une des victimes du Mediator de porter lorsqu'il en appelle, certes à la responsabilité du laboratoire, mais aussi à un « défaut majeur de vigilance » des autorités sanitaires. Le circuit du médicament est bien malade, et les remèdes promis dans les temps très médiatiques de « l'affaire Servier » se font toujours cruellement attendre, au risque d'ébranler encore davantage la confiance des Français dans la qualité des soins qui leur sont proposés... à suivre dans les prochaines éditions du Baromètre TNS Sofres.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Mutuelle des Iles Saint Pierre et Miquelon Assurances

REDACTEUR H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Création d'un Organisme Foncier Solidaire à Mayotte.

Etablissement Public Foncier et Aménagement de Mayotte Deal

12 juillet

976 - EPFA DE MAYOTTE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Médicament : vite, un remède !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié