Menace terroriste : Le coq et les loups

Il est un sujet sur lequel les sondages accordent une égalité homme/femme parfaite : l'évaluation de la menace terroriste en France ! Une information qui pourrait servir de boutade au pays du coq si les résultats n'étaient pas aussi terrifiants. En effet, selon la dernière vague du baromètre réalisé sur ce thème par l'Ifop pour la Lettre de l'Opinion, 78% de nos compatriotes estiment que la menace terroriste pesant sur notre pays est élevée. Un score inattendu, alors que l'enquête s'est déroulée en mai 2011, quelques heures à peine après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden. Et même si l'attentat de Marrakech venait juste de faire 17 victimes, dont 8 Français, rien ne laissait supposer aux observateurs que l'inquiétude dépasserait de 14 points celle exprimée un mois après l'attentat du World Trade Center, en octobre 2001.

Que s'est-il passé en dix ans pour que la France tremble si fort ? Faut-il voir là une prise de conscience de la complexité de cette menace protéiforme qui dépasse désormais très largement l'attentat à la bombe, quelle qu'en soit son ampleur ? Plus diffuses, plus subtiles, plus insidieuses et plus perverses sont ces nouvelles formes de terrorisme qui laissent craindre de boire de l'eau du robinet, d'ouvrir son ordinateur, voire de respirer l'air ambiant.

La psychose, déjà lourde, a pris du poids en février lorsque le monde entier a suivi en direct le drame de Fukushima. Ainsi, l'estocade portée par ce séisme inouï à une centrale nucléaire et les dégâts qui n'en finissent pas ont fait gagner un échelon supplémentaire sur l'échelle de la peur. Résultat, non contents d'être terrorisés par les causes mêmes de leurs frayeurs, les Français y ajoutent désormais les conséquences de celles-ci. Beaucoup sont prêts à souligner que, sans les attentats du 11-septembre, les États-Unis ne se seraient pas lancés dans cette guerre à 3 000 milliards de dollars contre l'Irak, n'auraient pas creusé si profondément leur dette, évitant ainsi de basculer si violemment dans une crise qui éclabousse terriblement le reste du monde.

Voilà comment les tensions sur les dettes souveraines, les fluctuations boursières, la crainte du chômage, le retour de l'inflation et la violence ordinaire s'associent pour propulser toujours plus haut les scores de la menace terroriste. Et si Barack Obama craint pour le futur l'attaque d'un « loup solitaire » (propos tenus le 4 septembre 2011), le coq français les imagine plutôt en meute et prêts à bondir !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 janvier 2021

ÉDITION DU 22 janvier 2021 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Animateur commercial H/F

Postuler

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Menace terroriste : Le coq et les loups

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié