Mutation syndicale

Mutation syndicale
Laetitia Duarte Olivier Baccuzat Rédacteur en chef olivier.baccuzat@infopro-digital.com

Pourquoi en irait-il autrement dans l’assu­rance?? C’est ce qu’on est tenté de se dire à la lecture des statistiques de représentativité syndicale dans le secteur privé, publiées fin mars par le ministère du Travail. Des données historiques puisqu’à partir des résultats des dernières élections professionnelles dans les TPE, le secteur de l’emploi à domicile, les entreprises de plus de 11 salariés et les chambres d’agriculture, les statistiques marquent un recul de la CGT. Avec 24,85?% des votes, la centrale dirigée par Philippe Martinez a perdu de sa superbe, cédant sa place de premier syndicat du privé au profit de sa principale rivale, la CFDT (26,37?% des suffrages), pilotée par Laurent Berger. Dans la branche assurance, la CFDT était déjà la première organisation syndicale - un rang qu’elle conserve. C’est sur les deux autres, en revanche, que la donne change, la CFE-CGC reléguant la CGT au troisième rang.

Quid de l’assistance?? La centrale de Montreuil conserve sa deuxième place mais cède encore du terrain face à la CFDT. Idem dans le courtage. Il n’y a que chez les agents généraux que la CGT préserve son leadership, à ceci près que son audience diminue (tout comme celle de la CFDT d’ailleurs). Bref, partout, l’influence de la CGT s’étiole. Itou dans le public, même si, au global, la confédération reste encore la première organisation syndicale.

Quel enseignement en tirer?? Chaque syndicat sera tenté de se présenter sous un jour qui lui sera favorable. C’est de bonne guerre. Mais force est de constater qu’au fil des ans, on a bien assis­té à une recomposition du paysage syndical. Avec, d’un côté, un bloc réformiste emmené par la CFDT. Et, de l’autre, un bloc dit contestataire s’inscrivant davantage dans le rapport de force que dans la négociation, en tête duquel on retrou­ve la CGT. On l’a vu au printemps 2016 avec la loi Travail.

Mais pour revenir à des sujets plus proches de nous, c’est également ce qu’on observa sur la formation professionnelle, par exemple. Dans la branche des sociétés et mutuel­les d’assurances, dans celle des agents généraux ou celle des sociétés d’assistance, la CGT n’a pas paraphé les accords trouvés. Est-ce à dire, pour autant, que ce syndicat fait de l’obstruction permanente?? Eh bien, non, justement pas?! Certes, la CGT est celle qui signe le moins d’accords d’entreprise là où elle est représentée. Mais en 2015, elle en a quand même validé huit sur dix, tous secteurs confondus. Ce qui démontre bien qu’entre les discours «durs» prononcés à l’échelon confédéral et le terrain, souvent plus «pragmatique», il y a tout un monde. Quel fut le premier secteur à signer un accord de branche sur le contrat de génération, ce dispositif d’aide à l’emploi basé sur un binôme junior-senior (qui fut un échec au niveau national)?? L’assurance pardi?! Et avec le concours de la CFDT, de la CFE-CGC, de la CFTC et… de la CGT. La preuve qu’un dialogue social constructif est toujours possible pourvu qu’on ne verse pas dans le dialogue de sourds idéologique.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC CHIMISTE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance

Ville de Fayence

16 novembre

83 - Fayence

Assurances dommages-ouvrages - responsabilité des constructeurs non réalisateurs

SA d'HLM du Cotentin

16 novembre

50 - SA D'HLM DU COTENTIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Mutation syndicale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié