Opportunité(s)

Opportunité(s)
Olivier Baccuzat Rédacteur en chefolivier.baccuzat@infopro-digital.com

À moins d’être un moine ou de vivre sur une île déserte, franchement, il était quasi impossible de passer à côté de la frénésie consumériste du Black Friday du 24 novembre et des jours qui l’ont précédé. À la télévision, sur les ondes de radio, dans les journaux, par SMS, dans les transports en commun, sur Internet… Pas moyen d’y échapper. C’en était limite assommant. Et, encore, je ne vous parle pas du Cyber Monday  – une autre trouvaille marketing exportée par nos amis américains – qui a suivi dès le lundi suivant. Ni du Singles’ Day  chinois, journée du e-shopping réservée aux célibataires tous les 11 novembre et qui commence, lui aussi, à faire des émules en France.

Puisque tout au long de ces marathons de 24 heures le principe est de vendre de tout à n’importe qui, par n’importe quel moyen, à prix cassés, pourquoi ne le ferait-on pas aussi… dans l’assurance en France ? Pourquoi ne serait-ce ­réservé qu’à des télévisions, des literies, des jouets, des voyages ou des voitures ? Pendant 24 heures, ne serait-ce pas un moyen un peu « sexy » de se réconcilier avec un assuré qui doute un peu (beaucoup ?) de l’utilité de souscrire telle ou telle police ? A fortiori, lorsqu’en fin d’année le client se demande à quelle sauce tarifaire il va être mangé, les grilles de prix n’étant dévoilées qu’au compte-gouttes en auto et en MRH. Et pas forcément de manière très transparente… Quitte à s’inspirer du Black Friday qui fait fureur aux États-Unis et aussi au Royaume-Uni, autant y aller à fond, non ? À l’instar du comparateur d’assurance britannique moneysupermarket.com (que dirige un certain Bruce Carnegie-Brown, ­président depuis juin dernier du Lloyd’s). Celui-ci a proposé, du 20 au 27 novembre (et même un peu avant), moult offres promotionnelles en ­assurance vie, voyages, animaux domestiques. En auto, par exemple, le site faisait miroiter une économie de 286 £ (près de 321 €) avec un slogan choc : « Ne jamais renouveler son assurance avant d’avoir fait un tour de marché. » Ou comment prendre la bonne vague et transformer le Black Friday en bon plan.

Ces gigantesques foires aux bonnes affaires (elles sont, du moins, présentées comme telles) constituent aussi une formidable ­opportunité, car leur multi­plication dope un peu plus le e-commerce qui, cette année encore, devrait battre des records. Dans l’Hexagone et, plus largement, dans le monde, puisqu’on parle désormais d’un marché de quelque 1 800 Md\$, en progression cette année de 17 % ! Plus de ventes (de voitures, d’électronique, de téléphonie, etc.), cela entraîne, mécaniquement, une augmentation de la matière assurable. Plus de biens achetés, c’est en effet autant de garanties à apporter, en assurance de biens et de responsabilités, notamment affinitaire. C’est aussi ­autant de transports à assurer. C’est, enfin, ­autant de problématiques de cybersécurité ou de ­protection des données. Bref, des enjeux sur ­lesquels l’assurance devrait pouvoir tirer son épingle du jeu. Alors, vive les Black Friday et autres Cyber Monday ! 

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Opportunité(s)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié