Préparez-vous, ils Zarrivent !

Les plus vieux fêtent leur vingtième anni­versaire cette année, et si l’on en croit les statistiques de l’Insee, 60 % d’entre eux devraient pousser les portes des entreprises d’ici à deux ans. Ces Zenvahisseurs sont les premiers de la fameuse génération Z (1), enfants de la génération X, benjamins des Y… bref, nés après 1995. Le secteur de l’assurance, riche de ses quelque 300 000 collaborateurs, doit s’attendre à les compter dans ses rangs d’ici peu et donc à composer avec une mentalité parfois déroutante pour les quadras, voire quinquas, qui forment le gros des batail­lons.

Fini la hiérarchie ; fini le dictat des diplômes et des grandes écoles ; fini l’égocentrisme… Place au réseau, à l’apprentissage, à la création d’entreprise, à l’ouverture internationale et, surtout, place à leur façon de faire…

Le cabinet Boson Project s’est emparé de ce sujet pour le compte de BNP Paribas. 3 213 entretiens plus tard, leur conclusion est claire : le changement viendra avec eux. Fini la hiérarchie ; fini le dictat des diplômes et des grandes écoles ; fini l’égocentrisme… Place au réseau (40 % le placent comme le premier critère de réussite), à l’apprentissage permanent et continu, à la création d’entreprise, à l’ouverture internationale et, surtout, place à leur façon de faire qui nous les présente souvent comme des « flemmards » alors qu’ils estiment juste « travail­ler différemment ».

Seulement voilà, alors que la Zen attitude domi­ne chez nos Z, 36 % d’entre eux stressent lorsqu’ils évoquent l’entreprise et 13 % affichent un véritable dégoût. Les mots pour le dire sont sans appel : dure, complexe, impitoyable, inconnue, fermée, effrayante… Difficile de croire que leur seule expérience leur permette d’être aussi radicaux dans leur jugement. N’y aurait-il pas leurs parents derrière tout ça… ou l’école ? Toujours est-il que cette opinion négative n’exclut pas fondamentalement le « mal nécessaire » que l’entreprise représente. À tel point qu’ils espè­rent la changer afin qu’elle soit fun (25 %), innovante (22 %), éthique (21 %) et internationale (20 %). Et parce qu’ils sont convaincus qu’elle est un lieu d’apprentissage bien plus riche que le système d’enseignement actuel, ils attendent beaucoup qu’elle les forme : à quand l’entreprise diplômante ?

Ce portrait n’étonnera sûrement pas les nombreux acteurs du marché qui mènent déjà des stratégies d’emploi en alternance, à l’image de Generali (400 alternants en 2014) ou de Groupama (650),… ou qui, tel Axa, s’est engagé dans le programme européen « L’Alliance pour la jeunesse » en promettant un stage ou un emploi à 20 000 jeunes (dont 9 000 rien qu’en France) sur les cinq prochaines années. Reste à savoir comment les X et les Y vivront ces changements lorsque, le « rever­se mentoring » (2) passé, les Z auront pris le pouvoir ! ?

1. Génération X (1960 à 1981) ; Y (1982 à 1995).
2. Quand les plus jeunes enseignent à leurs aînés les clés du digital. 

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Préparez-vous, ils Zarrivent !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié