Protection sociale, jusqu'où ?

Alors que se tient, à Bordeaux, le congrès de la Fédération nationale de la mutualité française (lire « À la Une », p. 10), alors que les réflexions vont bon train autour du financement de la santé et de l'évolution de notre système de soins, Eurostat publie un rapport comparant les niveaux des dépenses liées à la protection sociale dans les pays de l'Union européenne. On y apprend qu'ils ont dépensé, en moyenne, 6 350 E par habitant en 2006, soit 26,9 % de leur PIB. Sur cette somme, les pensions de vieillesse et de « survie » pesaient pour 46 %, la maladie et les soins pour 29 %, le solde se ventilant entre les prestations familiales et d'invalidité, le chômage et les aides au logement et à l'insertion sociale.

Parmi les 27 pays de l'Union, la France est celui qui consacre la plus grosse proportion de son PIB (31,1 %) à la protection sociale, avec une dépense de 8 200 E par habitant, sans pour autant se placer en tête du niveau de dépenses par habitant. Le Luxembourg, quant à lui, y consacre plus de 13 000 E !

Hélas pour notre édification, ces chiffres sont publiés avec un décalage de presque trois ans... Qu'en sera-t-il en 2008 et 2009 ? Quelle part ces dépenses représenteront-elles dans le PIB, alors que celui-ci stagne voire régresse, alors que les dépenses pour la santé et les retraites continuent de croître de manière asymptotique ? Jusqu'à quelle proportion une économie peut-elle supporter la charge quand, dans le même temps, les recettes principales qui abreuvent ce transfert s'étiolent ?

Jean-Pierre Davant, le président de la FNMF, n'a pas tort lorsqu'il souligne qu'on ne régule pas 11 % de la richesse nationale avec des expédients. Reste à déterminer ce qu'il convient de faire dans le contexte économique. Comment changer sans pousser le curseur trop loin dans l'autre sens, celui de la démutualisation ?

Certes, les marchés de la santé et de la prévoyance sont, sur le papier, d'excellents relais de croissance pour les assureurs. Mais concrètement, le Français moyen a-t-il le budget nécessaire pour faire face à l'augmentation inéluctable de ses cotisations sociales et de ses primes de complémentaires ?

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture, livraison et gestion de titres restaurant pour le Centre de Gestion de ...

Centre Gestion Fonction Publique Territ.des P. Atl. Maison des Communes

18 août

64 - PAU

Services d'assurances pour la commune de Vinon-sur-verdon.

Ville de Vinon sur Verdon

18 août

83 - VINON SUR VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Protection sociale, jusqu'où ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié