Quels gagnants ?

Quels gagnants ?
Olivier Baccuzat Rédacteur en chef olivier.baccuzat@infopro-digital.com

Il y en avait du monde dans les starting-blocks ce vendredi 12 janvier, les communiqués préparés à l’avance, bien au chaud. Aussitôt connue la décision du Conseil constitutionnel sur le principe de la résiliation annuelle en matière d’assurance emprun­teur, c’est une avalanche de courriels qui a déferlé dans les boîtes mails de la rédaction de L’Argus. Assureurs, mutualistes, agents généraux, courtiers, tous auraient pu se disputer la palme du message le plus élogieux à l’égard des Sages de la rue de Montpensier, salués et féli­cités pour – c’est le cas de le dire – la sagacité de leurs conclusions.

Ce n’était qu’un début. Dans un second temps, l’effervescence ambiante s’est traduite par l’envoi, de manière quasi ininterrompue, de nombreux messages rappelant les ambitions des uns et des autres sur ce lucratif marché, qui annonçant le lancement de telle offre ou plate-forme de souscription, qui insistant sur son expertise en matière de délégation. Bref, maintenant qu’il est possible de résilier son assurance emprunteur à chaque date anniversaire, en plus de pouvoir changer de contrat à tout moment dans les douze mois suivant la signature de l’offre de prêt, on nous joue une petite musique du type : « Messieurs les bancassureurs, vous allez voir ce que vous allez voir, ça va secouer ! »

Les bancassureurs ne vont pas en rester là. Ces derniers ont démontré que, d’un point de vue commercial, ils avaient plus d’un tour dans leur sac.

Certes, sur le papier, les ingrédients sont réunis afin qu’une pleine concurrence règne sur ce marché dominé depuis toujours par les filiales des établissements bancaires. Assistera-t-on pour autant à une foire d’empoigne serrée telle que certains veulent le faire croire sur les plateaux télé ou les matinales de radio ? Rien n’est moins sûr. Comme nous l’expliquent dans nos colonnes plusieurs experts (lire des pages 8 à 10), il est indéniable que les bancassureurs seront bel et bien impactés par la décision prise par la Haute Juridiction. Mais ils ne vont pas en rester là. C’est certain. S’ils ont perdu sur le terrain juridique, ces derniers ont démontré, sur bien d’autres sujets, que, d’un point de vue commercial, ils avaient plus d’un tour dans leur sac. Au petit jeu des perdants et, surtout, des gagnants, bien malin, donc, celui pouvant prédire qui profitera vraiment de la libérali­sation du marché de l’emprunteur.

Ah si, il y en a peut-être un dont on peut dire qu’il n’y gagnera pas forcément au change. C’est l’assuré. Si, comme le mettaient en avant les bancassureurs dans leur argumentaire, la possibilité de changement d’assureur devait porter atteinte au principe de mutualisation, la cible des primo-accédants de 30-40 ans ne devrait pas rencontrer de problème. Au contraire, même. Présentant un bon profil de risque, cette population devrait bénéficier à plein de cette concurrence accrue. Car elle paiera moins cher avec un contrat individuel qu’avec un contrat collectif. Mais qu’en sera-t-il de ceux affichant un risque plus élevé ? Ceux-là pourraient payer plus cher… Censée poursuivre un objectif d’intérêt général en renforçant la protection du consommateur, la loi, paradoxalement, pourrait très bien ne pas faire que des heureux…

Emploi

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

KAPIA RGI

DÉVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marche De Prestations De Conseil Juridique, De Représentation Et D'Assistance En Ju...

Ville de Levallois Perret

09 décembre

92 - LEVALLOIS PERRET

EXTENSION, RENOUVELLEMENT et RENFORCEMENT Des RESEAUX d'EAUX POTABLE ET D'ASSAINISS...

Tours Métropole Val de Loire Communauté d'Agglomération Tours Plus

09 décembre

37 - TOURS METROPOLE VAL DE LOIRE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Quels gagnants ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié