Reprises du bas de laine

Les Français ont fini de chanter et de danser, les cigales se sont tues au profit des fourmis. Et cela devrait perdurer, à en croire les conclusions de l'Observatoire ING Direct, réalisé par Ipsos et publié début janvier. Pas moins de 91% de nos compatriotes ont pris de bonnes résolutions financières et déclarent ainsi vouloir « épargner davantage » (38%), « mieux contrôler leurs dépenses » (38%) ou « réduire leurs dettes » (21%). Une « rigueur » ou encore un « tour de vis » bien supérieur à ceux évoqué par les autres Européens (79% regarderont leur budget de très près).

À leur habitude, les Français tiennent imperturbablement et plus que tout à assurer l'avenir de leur progéniture au mépris de leur confort.
Cette décision quasi unanime des Français (qui devrait inspirer leur gouvernement) de se serrer la ceinture est proportionnelle à leur angoisse financière, qui s'intensifie sans cesse : 55% accusent la crise d'avoir endommagé leurs finances personnelles au cours des derniers mois (contre 44% en janvier 2013), et tout autant craignent de ne pouvoir subvenir à leurs besoins au-delà de trois mois si leurs revenus venaient à baisser drastiquement. Deux indicateurs fixés respectivement à 41% et 39% chez nos voisins.

Voilà un profil psycho-financier qui n'est pas sans conséquence sur les arbitrages patrimoniaux. D'autant qu'à leur habitude, contre krachs et crises, les Français tiennent imperturbablement et plus que tout à assurer l'avenir de leur progéniture (la plus nombreuse d'Europe) au mépris de leur confort au quotidien. Bref, le bas de laine est toujours à la mode même s'il est reprisé en attendant... la reprise ! Une mode de fond qui laisse pourtant s'exprimer diverses tendances. Or, si en 2012, l'attrait pour l'assurance vie (collecte nette : - 3,4 Md€ contre + 7,7 Md€ en 2011) pâtissait des bons taux des livrets réglementés (taux relevé deux fois jusqu'à 2,25%), en 2013, la collecte nette s'établissait à 12,2 Md€ sur les onze premiers mois, tandis que la menace d'un taux d'intérêt ramené à 1% sur le Livret A laissait les Français boudeurs.

Quelles perspectives pour 2014 dans ce contexte plus stable qu'il y a un an, puisque les menaces fiscales semblent momentanément écartées et que les rendements 2013 des fonds en euros, plutôt supérieurs à 3%, redonnent des couleurs au placement chouchou des Français ? Le marché est confiant (surtout les bancassureurs), impatient de lancer les deux nouveaux contrats - euro-croissance et vie génération... mais s'inquiète des taux bas et du risque de déflation, conformément aux craintes de l'agence Fitch, qui maintenait mi-décembre une perspective négative sur le marché français de l'assurance vie pour 2014.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 20 mai 2022

ÉDITION DU 20 mai 2022 Je consulte

Emploi

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance à la mise en oeuvre de conventions de participation dans le domaine de l...

Centre de gestion de la fonction publique territoriale du Nord

21 mai

59 - CDG 59

Prestation de valorisation de l'EESC HEC.

CCI de Paris, Direction des Affaires Immobilières

21 mai

75 - CCIR PARIS ILE DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Reprises du bas de laine

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié