Subtilement systémique

Depuis le temps que les assureurs le disent ! La littérature est abondante et l'on peut citer, en vrac et dans le désordre, le « papier » de Philippe Trainar en novembre 2004, alors directeur des affaires économiques, financières et internationales à la FFSA ; les rapports remis en 2010, puis en 2013, par l'Association de Genève à l'IAIS ; ou encore le rapport de l'OCDE « Insurance et Expanding Systemic Risk », qui remonte à plus de dix ans. Bref, les conclusions de l'étude publiée le 3 juin dernier par Standard et Poor's ont de quoi réjouir tous ceux qui clament haut et fort depuis de nombreuses années que « non, les assureurs et les réassureurs ne présentent pas de risques systémiques ».

Ainsi, moins d'un an après la publication officielle par le Financial Stability Board (FSB) d'une liste de neuf assureurs dont la faillite risquerait de « déséquilibrer le système financier, voire l'économie générale », l'agence de notation revient partiellement sur les commentaires qu'elle faisait alors lorsqu'elle affirmait que cette désignation aurait « des implications sur la notation à long terme des assureurs ». Aujourd'hui, Allianz, AIG, Aviva, Axa, Generali, Metlife, Ping An, Prudential Financial et Prudential plc peuvent souffler... Du moins concernant les conséquences de ce qualificatif de « systémique » sur leur notation.

Mais la grande nouvelle de ce rapport vient de l'introduction d'une subtilité, distinguant clairement la notion « d'assureur d'importance systémique » du « risque systémique », lui-même, celui qu'engendrerait la faillite de l'un d'entre eux. Cette nuance linguistique porte en réalité sur le fond du problème, car elle signifie que jamais la faillite d'un assureur ne pourra provoquer la crise de liquidité générée par la chute de Lehman Brothers en 2008. Standard et Poor's ajoute même qu'elle juge « possible de gérer les passifs post-faillite d'un assureur sans perturber le système financier et sans injection d'argent du contribuable ». Forte de ce constat, l'agence de notation va même jusqu'à s'interroger sur la pertinence des exigences auxquelles la « bande des neuf » doit se soumettre, et en particulier celle portant sur un complément de capital.

Reste le cas, non traité jusqu'à présent, des réassureurs, puisque le FSB s'était accordé un délai d'un an supplémentaire pour statuer... Délai qui vient de s'allonger de quelques mois. Bénéficieront-ils d'office de cette nouvelle subtilité ? Réponse en novembre prochain.

Dans son dernier rapport, Standard et Poor's distingue clairement la notion « d'assureur d'importance systémique » du « risque systémique ».

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FOURNITURE DE GAZ ET MEDICAUX ET MAINTENANCE DES RESEAUX POUR LE GROUPEMENT.

GCS Energelog

19 janvier

85 - ENERGELOG DU POLE SANTE PAYS OLONNES

Mandat de commissariat aux comptes de la CNRACL.

Caisse des Dépôts

19 janvier

75 - CAISSE DES DEPOTS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Subtilement systémique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié