Totem et tabou

Totem et tabou
Laetitia Duarte Géraldine VialRédactrice en chefgvial@argusdelassurance.com

Tombée le jour du Brexit, la nouvelle était forcément passée un peu inaperçue… Jusqu’à ce qu’elle s’enflamme comme un feu de brousse. Le 23 juin dernier, Generali avait décidé, au pays d’Angela Merkel, de « réinventer l’assurance ». Le groupe italien a en effet choisi sa filiale allemande pour être le poisson pilote de Vitality, la première offre européenne de Pay how you live (1) en santé et prévoyance. Generali s’était préalablement associé avec l’assureur santé sud-africain Discovery, qui n’en est pas à son coup d’essai en matière de primes tarifées au comportement. Après avoir fait aux États-Unis sa preuve de concept, comme on dit chez les start-up, il comptait essaimer assez vite ailleurs en Europe. À commencer par la France, ce qui ne semble pas complètement gagné.

Autant le dire tout net : le caractère sulfureux de l’offre ne saute pas immédiatement aux yeux. Avec Vitality, l’assureur encourage ceux de ses clients qui sont prêts à changer un peu leur mode de vie, en s’inscrivant à un cours de fitness, en faisant leurs courses dans un supermarché bio, et en effectuant des visites préventives chez le médecin. La récompense passe par une baisse de la prime de 11 % à 15 %, mais aussi par des bons de réduction chez des enseignes partenaires comme Fitness First, Weight Watchers ou Allen Carr’s Easyway (une méthode pour arrêter de fumer). En jouant ainsi la carte de la prévention, Generali estime œuvrer pour le bien public. Son credo ? « Nous renforçons le principe de solidarité de l’assurance en stimulant le comportement. »

Sauf que Vitality touche à un totem, la mutualisation, et à un tabou, l’utilisation des données personnelles. Désormais, les assurés seront « bronze », « argent », « or » ou « platine », et donc classés par profils en fonction des bons points obtenus. L’histoire ne dit pas comment seront ­ « scorés » ceux qui refusent de participer, l’offre n’étant pas (encore) obligatoire. Quant aux données, ne seront transmises que celles pour ­lesquelles le client a donné son accord. Mais elles seront collectées par une société qui, bien qu’indépendante, appartient au groupe d’assurance. ­Difficile de ne pas ­tiquer, quand bien même la gouvernance de ­l’ensemble serait irréprochable.

L’histoire dira si Vitality relevait du coup marketing raté ou du cas d’école de retournement d’opinion réussi.

En Allemagne, les associations de consommateurs et certains concurrents bien intentionnés ne se sont pas fait prier pour dire tout le mal de ce qu’ils considèrent comme l’antichambre de Gattaca (2). Devant la polémique naissante, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a pris soin de rappeler qu’en France la loi ne permet pas aux assureurs d’accéder sans filtre aux données de santé, et s’est dite hostile à des prises en charges conditionnées par le comportement. Generali a immédiatement réagi pour préciser que son offre française, destinée aux entreprises, serait très différente.

L’histoire dira si Vitality relevait du coup marketing raté ou du cas d’école de retournement d’opinion réussi. Une chose est sûre, on est encore bien loin du Pay how you were born (3), et heureusement. Mais pourquoi est-il donc si difficile, dans l’assurance, de réconcilier éthique et paramètres « modernes » de tarification, quand à côté, les Gafa font bien pire ? Comment répondre correctement à un client un poil schizo­phrène, qui veut un coup des garanties sur mesure, un coup le bénéfice de la sacro-sainte mutualisation ? À ce train, l’assurance mourra étouffée par ses totems et ses tabous, même si, dans les faits, il n’y a plus que McDo pour pratiquer le « Venez comme vous êtes »…

1. Payez comme vous vivez

2. Dans cet excellent film d’Andrew Niccol de 1997, les parents peuvent choisir le génotype de leurs enfants. Les enfants nés naturellement sont discriminés, car « imparfaits ».

3. « Payez en fonction de votre naissance », et donc de votre patrimoine génétique.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Totem et tabou

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié