Un atout caché

Un atout caché
Laetitia Duarte

Un sujet crucial mais qui n’est que très – trop – peu mis en valeur par les employeurs. Aussi curieux que cela puisse paraître, il est plutôt rare que les entrepri­ses françaises mettent en avant auprès de leurs salariés la qualité de la couverture santé à laquelle ces derniers ont droit lorsqu’ils sont embauchés. Tel est l’enseignement de l’enquê­te réalisée par l’un de nos journalistes dans le cadre de ce Spécial collectives 2018. Dans la mesure où l’ANI a imposé un panier de soins minimum, il semble­rait pourtant logique qu’une société fasse valoir auprès de ses collaborateurs que les garanties offertes par la complémentaire « maison » sont au-dessus du lot, si tel est le cas.

D’autant qu’en 2017, les questions de santé figuraient, selon l’Institut national de la statistique parmi les principaux sujets de préoccupation des Français (1). En quatrième position très exactement. Derrière l’effroi que provoque le terrorisme (1er), l’angoisse de la précarité (2e) et les craintes d’appauvrissement (3e). Mais devant les inquiétudes suscitées par la délinquance (5e), les discriminations (6e), les atteintes à l’environnement (7e) ou la sécurité routière (8e).

En France, les particuliers ne badinent pas avec leur santé ou celle de leurs proches. Mais alors, pourquoi diantre les entreprises ne se vantent-elles pas de procurer à leurs salariés une sécurité sur l’un de leurs principaux sujets de préoccupation ? Pourquoi une telle timidité ? Contrairement à ce que l’on observe aux États-Unis, par exemple. Certes, outre-Atlantique, le montant total des dépenses de santé est sans commune mesure avec ce qu’on peut observer chez nous (16 % du PIB nord-américain contre 11 % en France). À tel point que se soigner coûte parfois encore plus cher que de se loger ! Mais aux États-Unis, pas un entretien d’embauche ne se déroule sans qu’on évoque la question de la protection sociale, en y accordant la même importance que la rémunération.

Oui mais voilà, en France, aussi essentiel soit-il, le sujet de la santé n’est pas des plus sexy. Comme, par-dessus le marché, elle est souvent très technique, la question de la prise en charge de tel ou tel soin, ou non, par l’Assurance maladie ou les complémentaires, n’est pas des plus simples à expliquer. Parmi les salariés, chacun voit aussi midi à sa porte en fonction de son profil familial et de ses besoins. Pour toutes ces raisons, les entreprises éprouvent les plus grandes difficultés à présenter comme un réel avantage le fait de bénéficier d’un contrat collectif de qualité. Et se contentent souvent du minimum syndical à travers des notices d’information minimalistes, ou s’en remettent, question pédagogie, aux bons soins de leurs prestataires de santé. Dommage ! Ce serait pourtant un bon moyen de soigner sa marque employeur et de se démarquer de la concurrence.

(1) Insee, enquête « Cadre de vie et sécurité », 2017.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

ÉDITION DU 13 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de prestations juridiques pour les opérations immobilières et patrimoniales ...

Palais de la Découverte

15 décembre

75 - EPPDCSI - UNIVERSCIENCE

Prestations de services juridiques..

Ville d'Hénin Beaumont

15 décembre

62 - HENIN BEAUMONT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Un atout caché

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié