Un souffle de parité

Un souffle de parité
François Limoge, Rédacteur en chef délégué © Laetitia Duarte

La décision est intervenue au cœur de l’été. Le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) a fait le choix d’une déléguée générale afin de succéder à Jean-Paul Lacam, qui partira à la retraite en début d’année prochaine. Il serait bien injuste et offensant pour Marie-Laure Dreyfuss de réduire sa nomination à une problématique de parité. Son parcours témoigne pour elle. Pour autant, difficile de ne pas rapprocher la décision des administrateurs du CTip, à savoir les représentants des syndicats de salariés et du patronat, de celle prise par l’assemblée générale de la Fédération française de l’assurance (FFA), quelques semaines plus tôt, lors du renouvellement de la présidence. Au-delà d’une même expérience professionnelle au sein du régulateur, qui confirme le poids de la réglementation dans le monde de l’assurance, Marie-Laure Dreyfuss sera, en février 2020, la première femme à occuper la délégation générale du CTip, tout comme Florence Lustman sera la première femme à présider la FFA à compter d’octobre prochain.

Ces deux nominations marquent clairement, pour ces fédérations professionnelles, la volonté de s’engager dans une politique d’égalité professionnelle. L’une des toutes premières fédérations du Medef et l’instance représentative des groupes paritaires pouvaient difficilement rester au bord du chemin. Les partenaires sociaux ont signé, en 2012, un accord national interprofessionnel (ANI) qui fixe des objectifs de parité dans les conseils d’administration des organismes qu’ils gèrent. De leur côté, les pouvoirs publics maintiennent la pression avec l’index égalité femmes-hommes. Après sa mise en œuvre dans les grandes entreprises au 1er mars dernier, l’obligation de calculer et de publier cet indicateur concerne également les sociétés de 250 à 1 000 salariés à compter de cette rentrée.

Les femmes sont largement majoritaires au sein des compagnies, mutuelles et groupes de protection sociale, elles représentent ainsi plus de 60 % des effectifs dans la branche des sociétés d’assurance. Cependant, parmi tous les acteurs de l’assurance réunis, celles qui ont accès à des fonctions de direction se comptent encore sur les doigts des deux mains. Cette situation n’est malheureusement pas propre au secteur. Mais si ce plafond de verre n’est pas brisé rapidement, la belle avancée que constituent ces deux nominations n’apparaîtrait rapidement que comme une décision purement symbolique !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 10 juillet 2020

ÉDITION DU 10 juillet 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Un souffle de parité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié