Une pierre, deux coups

Une pierre, deux coups
Olivier Baccuzat Rédacteur en chef olivier.baccuzat@infopro-digital.com © Laetitia Duarte

Le prélèvement à la source, ce n’est pas pour… maintenant ! Avant même d’être élu à la présidence de la République, Emmanuel Macron n’avait guère laissé de doutes sur le fait qu’il n’appliquerait pas cette mesure dès l’an prochain, comme le prévoit pourtant la loi de Finances adoptée en ­décembre dernier. « En toute hypothèse, ce ne sera pas en janvier 2018, a ainsi déclaré sur RTL le futur chef de l’État, l’avant-veille du second tour. Je veux être sûr de la charge que cela représente pour les chefs d’entreprise. »

Si ce report est confirmé, ces derniers peuvent donc pousser un ouf de soulagement, surtout dans les PME, tant ils redoutaient la ­complexité administrative, la charge de travail supplémentaire et, enfin, le coût induit par cette nouvelle tâche. Cette ­sortie d’Emmanuel Macron a cependant de quoi laisser songeur. Car cette interrogation sur « la charge » que le prélèvement à la source « représente pour les chefs d’entreprise », aussi légitime soit-elle, que ne l’a-t-il soulevée lorsqu’il était ministre de l’Économie ?

Certes, cette réforme relevant des Impôts a toujours été pilotée par Michel Sapin et ­Christian Eckert, ses « frères ennemis » du Budget, au 5e étage de Bercy. Mais Emmanuel Macron était bien aux affaires lorsqu’en mai 2015, François Hollande enclencha ce ­chantier. Surtout, tout au long du printemps 2016, c’est-à-dire avant qu’il ne démissionne du gouvernement, une concertation fut organisée avec les partenaires sociaux. Des interlocuteurs habituels pour tout ministre de l’Économie.

Cette interrogation sur « la charge » que le prélèvement à la source « représente pour les chefs d’entreprise », que ne l’a-t-il soulevée lorsqu’il était ministre ?

Autant dire que les inquiétudes du monde de ­l’entreprise sur la retenue à la source, Emmanuel Macron en a forcément eu connaissance. Comme il a également été alerté, via une lettre ouverte aux candidats à l’Élysée et signée, entre autres, de la CSCA et d’Agéa, des craintes des « impacts ­négatifs » du prélèvement à la source sur certains dispositifs d’épargne retraite.

Mais cette volonté de soulager les entreprises est-elle bien la seule explication du report de cette réforme ? N’est-ce pas aussi l’occasion de faire d’une pierre, deux coups ? Toujours sur RTL, le candidat Macron a reconnu également qu’il ­fallait comprendre l’impact que cette réforme « aura pour nos concitoyens psychologiquement lorsqu’ils recevront une fiche de paie où, optiquement, le salaire aura baissé ».

C’est que dès 2018, le nouveau locataire de ­l’Élysée projette de ­réduire certaines cotisations salariales, ce coup de pouce devant être financé en partie par une hausse de la CSG. Quel rapport avec la retenue à la source ? Sur son blog, furibard du sort réservé à « sa » réforme, Christian Eckert, secrétaire d’État au Budget, dévoile la vraie raison, selon lui, de ce report : « M. Macron veut en fait que les baisses de cotisations salariales qu’il ­annonce sur la feuille de paie de certains se voient fin janvier. Ce n’est pas facile, car elles seront en partie rognées par la hausse de la CSG qu’il prévoit pour (presque) tout le monde. La mise en place ­simultanée du prélèvement à la source aurait ­enlevé de la lisibilité à cette opération ». Qui a dit ­qu’Emmanuel Macron était novice en ­politique ?

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'APPLICATION WORKDAY (H/F) - CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture et livraison de titres restaurant pour le personnel de l'Ile de La Réuni...

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

22 janvier

974 - ST PAUL

Prestations d'assurance pour les besoins de la Région Nouvelle-Aquitaine - Assistan...

Région Nouvelle Aquitaine

22 janvier

33 - REGION NOUVELLE AQUITAINE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Une pierre, deux coups

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié