Gouvernance dans l'assurance : pourquoi le poste de PDG est moins prisé

Gouvernance dans l'assurance : pourquoi le poste de PDG est moins prisé
© Gettyimages / iStockphoto

Pour lire l’intégralité de cet article, connectez-vous ou testez gratuitement l’accès en mode abonné

Une nouvelle génération de dirigeants prend les commandes dans l’assurance. Plus qu’un simple rajeunissement, ce mouvement s’accompagne d’une transformation de la gouvernance marquée par la dissociation entre les fonctions de président et de directeur général.

Fabien Wathlé chez Allianz France, Patrick Cohen chez Axa France, Laurent Rousseau chez Scor, Tanguy Polet chez Swiss Life [...]

Connectez-vous pour lire la suite

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné à l'Argus de l'assurance ?

Je me connecte

Abonnez-vous

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Nos formules d'abonnements
Je m'abonne

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 01 juillet 2022

ÉDITION DU 01 juillet 2022 Je consulte

Emploi

Nexforma

Consultants Spécialisés Indépendants H/F France Entière

Postuler

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Gouvernance dans l'assurance : pourquoi le poste de PDG est moins prisé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié