[DOSSIER] Les courtiers des cent principales entreprises françaises 4/12

En France, la crise provoque des remous

En France, la crise provoque des remous

En 2013, la construction, touchée par la crise, enregistre une baisse d'activité, qui rétracte la masse assurable en France et en Europe. La situation est différente à l'international, où les constructeurs trouvent leur croissance et où les courtiers essaient de se positionner dans le servicing.

Courtiers et assureurs avaient présumé que les effets de la crise sur le marché de la construction se feraient sentir en 2013. Les renouvellements du 1er janvier 2014 ne leur ont pas donné tort. « Il y a une baisse de la matière assurable sur le marché français. C'est indéniable. Et le nombre de mises en chantier n'annonce pas de reprise active pour l'année 2014 », considère Claude Delahaye, directeur de la construction chez Verspieren.

Pour autant, la baisse de la matière assurable n'a pas diminué les appétits des assureurs, notamment en tous risques chantiers (TRC) ou dommages-ouvrage, un marché hautement capacitaire, qui permet ainsi de limiter la hausse tarifaire. Pour, Pascal Dessuet, président de la commission construction de l'Amrae, « le marché de la construction est cyclique. Nous nous situons après une surchauffe liée à des mises en chantier massives ces dernières années, générant une émulation entre assureurs, donc une baisse des tarifs pas toujours compatible avec une gestion en capitalisation sur douze ans. On constate donc un accroissement de la sinistralité, qui est souvent corrélative à ces emballements d'activité. »

Et pourtant, les Américains débarquent

Seule branche engageant réellement les assureurs sur douze, voire quinze ans, la RC décennale connaît une certaine tension tarifaire. « C'est une branche qui implique une capitalisation de longue durée et où l'assureur a besoin de visibilité. En temps de conjoncture délicate, il est plus difficile de trouver une capacité importante », évoque Claude Delahaye. Et Christophe Pagès, directeur du département construction, immobilier et risques spéciaux de Marsh France, de renchérir : « La RC décennale est un marché franco-français avec des acteurs prédominants et des capacités qui peinent à atteindre 300 à 400 M€. Alors qu'en TRC, le marché atteint 2 Md€ de capacité. »

Pourtant, l'entrée sur ce segment d'autres acteurs comme XL montre que la RC décennale reste attrayante, même pour des Anglo-saxons. « De notre côté, nous avons créé une solution complémentaire permettant de gagner de la capacité. Alors qu'elle s'élève habituellement à près de 300M€, nous sommes en mesure, avec un positionnement excess, de la porter à 500 M€ pour de grands ouvrages, hors logement », lance Jean Rondard directeur de Gras Savoye Corporate Risk-Management.

Le marché doit aussi résoudre la problématique liée à la garantie énergétique (lire encadré). Beaucoup pensent que 2014 sera l'année de son intégration officielle dans la RC décennale. « Ce serait plutôt une bonne chose, mais dans un marché sous tension, cela peut provoquer une réaction des assureurs. N'ayant pas encore un retour d'expérience significatif, ils pourraient être tentés de jouer la hausse des taux à titre préventif », explique Christophe Pagès.

Comme les autres branches, l'assurance construction ne se limite pas à l'Hexagone. Et pour les grands groupes, la situation à l'international (hors Europe) n'a rien à voir avec celle qu'ils connaissent sur le Vieux Continent. « Le marché de la branche tous risques chantiers sort de nos frontières et répond à d'autres logiques que les régimes fondés sur la capitalisation, comme la décennale. Ils restent donc en plein essor », confirme Pascal Dessuet.

Une exposition croissante

Sur le marché mondial, les capacités, même importantes, ne suffisent plus. En effet, les risk-managers sont confrontés à de nouveaux défis. « Ils veulent que nous développions des offres en parfaite adéquation avec les différentes réglementations locales », explique Jean Rondard. Et Philippe Onteniente, directeur du département construction et énergies de Siaci Saint-Honoré, ajoute : « Les technologies, les matériaux utilisés et la concentration de valeurs amplifient l'exposition aux risques. Un constat encore accentué dès que l'on parle de projets d'envergure internationale. »

Au-delà de la compliance des offres, d'autres risques découlent de cette internationalisation. En effet, prenant le pari de réaliser des projets dans des zones émergentes, ces entreprises du bâtiment sont de fait confrontées aux risques politiques, de crédit et juridiques, ou encore davantage exposées aux catastrophes naturelles. « Il nous appartient de les accompagner dans leur internationalisation en leur proposant une analyse des risques poussée et complémentaire dans le cadre de leur programme d'assurance construction », conclut Philippe Onteniente.

PASCAL DESSUET, président de la commission construction de l'Amrae : Modifier la RC décennale

« La garantie performance énergétique va devoir trouver sa place dans le régime de responsabilité décennale et d'assurance obligatoire. Aujourd'hui, il est fort probable qu'elle s'y trouve intégrée par la jurisprudence de manière globale, ce qui n'est pas sans danger.

Néanmoins, cette entrée ne devrait se faire, selon nous, que si, et seulement si, la notion de performance énergétique prise en compte est celle définie par la réglementation RT 2012. Une modification du texte de la RC décennale est d'ores et déjà proposée aux pouvoirs publics. »

MARSH ET SIACI CREUSENT L’ÉCART

Classement des courtiers présents dans la branche construction

Grâce à leurs réseaux à l’international et leur expertise métier, Marsh France, Siaci Saint-Honoré ou Gras Savoye gèrent les programmes de grands constructeurs comme Vinci ou Bouygues Construction.

SOURCE : L’ARGUS DE L’ASSURANCE

LE MARCHÉ VU PAR LES COURTIERS

« Nous observons la présence grandissante de cost-killers lors des appels d’offres. C’est symptomatique de la crise et de la volonté d’optimiser les coûts de “transfert” des entreprises des secteurs de la construction et de l’ingénierie.»

Philippe Onteniente, directeur du département construction et énergies de Siaci Saint-Honoré

« Il y a une baisse de la matière assurable sur le marché français. C’est indéniable. Et le nombre de mises en chantier n’annonce pas une reprise active pour 2014. »

Claude Delahaye, directeur de la construction chez Verspieren

« Le marché de la responsabilité civile décennale est certes plus tendu, mais il continue néanmoins à attirer de nouveaux acteurs, notamment anglo-saxons ou américains, comme XL. Ce mouvement montre bien que ce segment est compétitif. »

Jean Rondard, directeur de Gras Savoye Corporate Risk-Management

«Il y a une contraction de la masse assurable en France, mais aussi en Europe. Nos clients tirent leur croissance de l’international, et nous nous devons de leur apporter des services et du conseil pour répondre aux nouveaux défis de l’assurance construction. »

Christophe Pagès, directeur du département construction, immobilier et risques spéciaux de Marsh France

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

En France, la crise provoque des remous

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié