Les 10 risques les plus redoutés par les entreprises (baromètre Allianz)

Les 10 risques les plus redoutés par les entreprises (baromètre Allianz)

L'interruption d'activité et les cyber-incidents figurent en tête des préoccupations des entreprises d'après le baromètre annuel des risques d'Allianz Global Corporate & Specialty. Au total : 1 900 experts et gestionnaires du risque interrogés dans 80 pays.

Pour sa 7e édition, le nombre de répondants au baromètre annuel des risques de la filiale spécialisée d'Allianz a battu le record : 1 911 experts interrogés dans 80 pays. De quoi dresser, à une poignée de semaines de l'ouverture des 26e rencontres du risk management à Marseille, un panorama à jour des préoccupations majeures des entreprises de toutes tailles dans le monde.

LES dangers du climat

Résultat : l'interruption d'activité demeure le fléau le plus redouté, suivi des cyber-incidents et des catastrophes naturelles qui gagnent une place. Il faut dire qu'avec un montant record de 136 Md$ de pertes assurées pour les seules catastrophes naturelles en 2017, les dangers du climat interpellent de manière croissante les entreprises. Après ce podium, les évolutions des marchés (fusion-acquisition, fluctuations boursières,...) figurent en 4e position, perdant deux rangs, suivies des changements règlementaires, des incendies, puis des nouvelles technologies (Intelligence artificielle,...) qui remontent, à l'inverse, de trois rangs, en pleine effervescence de la robotique. Enfin les craintes relatives à la réputation des marques, les risques politiques et les changements climatiques ferment ce top 10 mondial.

Interruption d'activité et cyber au coude à coude

 « Pour la première fois, les interruptions d’activités et les incidents cyber sont au coude à coude et ils sont de plus en plus interdépendants, commente Chris Fischer Hirs, CEO d’AGCS. L’interruption d’activité est, en effet, pour la 6éme année consécutive le risque le plus important (qui en encapsule beaucoup d'autres), figurant à la première place dans 13 pays. Il s'agit des risques classiques comme l’incendie, les catastrophes naturelles et les perturbations de la chaîne logistique, et des nouveaux risques liés au numérique et à l’interconnexion, qui ne causent généralement pas de dommages matériels, mais des pertes financières élevées. Les pannes de systèmes informatiques essentiels, les actes de terrorisme ou de violence politique, les défaillances de qualité des produits ou les évolutions réglementaires imprévues peuvent provoquer des interruptions temporaires ou prolongées, aux conséquences graves sur le chiffre d’affaires.

Violation des données, défaillance des réseaux, attaques de hackers...

De la 15ème place il y a cinq ans à la seconde pole position aujourd'hui, les cyber-risques sont devenus une réalité. «Qu’ils soient dus à des attaques comme celle de WannaCry, ou plus fréquemment aux défaillances de systèmes, les incidents cyber sont une cause majeure d’interruption d’activité pour les entreprises, toujours plus en réseau, dont les principaux actifs sont souvent les données, les plateformes de services ou encore leurs clients et leurs fournisseurs. Cependant, les catastrophes naturelles extrêmes de l’année dernière nous rappellent que l’impact des risques perpétuels ne doit pas non plus être sous-estimé. Les gestionnaires de risques font face à un environnement très complexe et instable, composé des risques d’entreprises traditionnels et des futurs dangers liés aux nouvelles technologies », poursuit Chris Fischer Hirs.

Les entreprises françaises plus alertes sur les changements règlementaires

En France, l'appréhension des risques extrêmes est identique. Mais le risque incendie et explosion, les évolutions législatives et règlementaires et les catastrophes naturelles se classent ex-aequo en 3e position.

« Les sinistres mineurs pourraient être moins nombreux grâce à l’automatisation et à la surveillance qui réduit le facteur d’erreur humaine, mais un seul incident pourrait entraîner des pertes considérables, conclut Michael Bruch, directeur des tendances émergentes chez AGCS. Les entreprises doivent également se préparer à de nouveaux risques et responsabilités, avec le transfert de fonctions de l’homme à la machine, c’est-à-dire au fabricant ou à l’éditeur de logiciels. La détermination et la couverture des responsabilités deviendront beaucoup plus complexes à l’avenir. »

 

Cliquez ici pour consulter l'intégralité du baromètre 2017

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

BNP PARIBAS

Chargé(e) d'études actuarielles - Tarification H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Risques Statutaires

CHU de Montpellier

24 septembre

34 - Montpellier

Souscription des contrats d'assurances.

Ville de Verberie

23 septembre

60 - VERBERIE

Souscription des contrats d'assurance

Ville de Magnac Laval

23 septembre

87 - MAGNAC LAVAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les 10 risques les plus redoutés par les entreprises (baromètre Allianz)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié