Risques d’entreprises : les assureurs et courtiers concurrencés par l’inspection du travail et les avocats (étude QBE-Opinion Way)

Risques d’entreprises : les assureurs et courtiers concurrencés par l’inspection du travail et les avocats (étude QBE-Opinion Way)

2 PME et ETI françaises sur 3 avouent, selon une étude menée par Opinion Way pour l’assureur QBE, ne gérer leurs risques que partiellement…Si assureurs et courtiers sont plutôt perçus comme de bons interlocureurs, ce n'est toutefois pas vers eux que les entrepreneurs se tournent en premier.

La prise de conscience ne fait plus doute. Deux tiers des 302 dirigeants d’entreprises privées de tous secteurs, de 50 à 249 salariés, l’attestent : la gestion des risques représente un enjeu majeur ou important pour leur entreprise. Il faut dire que, men fin 2017 par Opinion Way pour QBE, ce sondage révèle que, pour la quasi-totalité d’entre eux (84%), le niveau d’exposition auquel ils sont confrontés est en progression ou stable par rapport à 2016. Or, la gestion des risques est perçue comme l’un des principaux facteurs de compétitivité (40%), à égalité avec l’innovation et la R&D, derrière la stratégie commerciale (71%) et le positionnement tarifaire (42%).

Pour autant, malgré cette prise de conscience certaine, les dirigeants des PME et ETI semblent avoir des difficultés à mettre en oeuvre une véritable politique de gestion des risques : 69% des répondants déclarent ne maîtriser que partiellement leurs risques, voire pas du tout.

De l’importance des assureurs et des courtiers de se rapprocher de cette cible en demande

Les principaux freins identifiés sont :

  • le manque de temps et de ressources (56%),
  • les coûts de mise en place des changements ou améliorations (36%),
  • la difficulté à répercuter les changements dans l’organisation (35%).

 

« La marge de progression est encore importante puisque la grande majorité des PME et ETI ont conscience de ne pas maîtriser totalement leurs risques. Nous pensons que les assureurs et les courtiers doivent contribuer davantage au développement de la gestion des risques au sein des PME et ETI. QBE met à la disposition des entreprises et de leur courtier des offres, associant assurance et services de gestion des risques, dans cet objectif », déclare Renaud de Pressigny, Directeur Général de QBE France. De fait, 62% des entreprises considèrent les assureurs et courtiers comme des interlocuteurs privilégiés dans ce domaine. Toutefois, ils se classent derrière l’inspection du travail (73%) et les avocats (71%) ou les organismes vérificateurs agréés (69%) ! Ce que ces entreprises attendent ? Une analyse de leurs risques les plus probables (75%) et un accompagnement dans la mise en place de processus efficaces pour la gestion des risques (67%).

 

Les risques humains et de marché sont les plus redoutés

Parmi les risques identifiés, le risque cyber est perçu comme étant en progression pour 43% des répondants qui ne sont toutefois que 15% à l’identifier clairement…, mais ce sont donc les risques humains (pour 3 dirigeants sur 4, notamment l’accident du travail) et de marché (59%) qu’ils redoutent le plus. A noter aussi la forte hausse des risques règlementaires liés en partie à la contrainte des évolutions de la législation du travail (50%).  Evidemment, les risques matériels sont cités par les entreprises industrielles (50%).

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Risques d’entreprises : les assureurs et courtiers concurrencés par l’inspection du travail et les avocats (étude QBE-Opinion Way)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié