Présidentielle 2017 : les marchés dopés par la possible victoire de Macron

Présidentielle 2017 : les marchés dopés par la possible victoire de Macron

L’écart de taux entre les obligations françaises et allemandes se resserre, les marchés écartant l’hypothèse Marine Le Pen.

Soulagement sur les marchés financiers. Les tensions sur la dette française étaient fortes ces dernières semaines, les investisseurs redoutant une victoire de la candidate eurosceptique Marine Le Pen ou un second tour l'opposant à Jean-Luc Mélenchon. Scénario qui n’aura pas lieu. L’arrivée en tête du candidat d'En Marche Emmanuel Macron, crédité de 23,75 % des voix au premier tour, contre 21,53 % pour Marine Le Pen, semble avoir calmé les inquiétudes concernant l'avenir de la zone euro.
 
Baisse du risque politique
 
L’écart - le spread - de taux entre l’obligation assimilable du Trésor (OAT) française et l'allemande (le Bund), qui n’avait eu de cesse de grimper sous l’effet des incertitudes, s’est resserré de 16 points de base suite aux résultats du premier tour. « Le marché mise sur une victoire probable de Macron puisque de nombreux leaders politiques le soutiennent dans une démarche de barrage à la candidate de l’extrême droite Le Pen », analyse Morgane Delledonne, analyste des marchés obligataires chez ETF Securities.
 
Le risque du "Frexit", promis par Marine Le Pen, avait d'ailleurs été jugé peu probable par les assureurs. « L’idée d’un Frexit n’a jamais été très populaire en France, comme l’illustre le discours plus prudent de Marine Le Pen sur ce sujet récemment. Elle est désormais clairement écartée pour plusieurs années » souligne Léon Cornelissen, chef économiste chez Robeco.
 
« La victoire d’Emmanuel Macron au second tour face à Marine Le Pen est fortement probable si l’on se réfère à tous les sondages réalisés depuis le début de l’élection présidentielle. Au cours des prochains jours, nous pouvons donc nous attendre à voir une surperformance du secteur financier en France et en Europe, illustrant la baisse du risque politique, ce qui bénéficiera à l’ensemble des marchés actions européens », ajoute Vincent Durel, gérant du fonds FF France Fund de Fidelity.
 
Embellie sur les actifs risqués
 
Ce lundi 24 avril, la Bourse de Paris a ouvert en hausse de 4,12% à 5 268 points, portant son gain à 8% depuis le début de l'année. Le CAC 40 a clôturé en hausse de 4,12% à 5 267 points, un plus haut depuis janvier 2008. Wall Street a également ouvert en hausse lundi, l'indice Dow Jones gagnant 0,98%, à 20 748,88 points.
 
De même, l’euro grimpait de 1% lundi 24 avril au matin, à 1,0836 $. Les actifs défensifs chutent et l’or également, reculant de 1285 dollars vendredi à 1271 $ lundi matin, signe d’une moindre aversion au risque. « Le résultat du premier tour, observé de très près par le monde financier, est positif pour les actifs risqués (actions vs. obligations, bancaires vs. biens de consommation, entreprises domestiques vs. groupes internationaux, actions cycliques vs. défensives, change EUR/USD, etc...) mais ce résultat est en ligne avec les anticipations. Un sondage auprès d’investisseurs, effectué peu avant ce premier tour, donnait en effet Macron vainqueur pour 82% des investisseurs interrogés », souligne Victoire de Trogoff, gérante du fonds Fidelity Europe.
 
INCERTITUDES SUR LES LEGISLATIVES
 
Les incertitudes persistent néanmoins autour des élections législatives et de la capacité d’Emmanuel Macron à disposer d’une majorité parlementaire s’il est élu. « L’incertitude autour de la capacité d’Emmanuel Macron à obtenir une majorité de sièges au Parlement continuera de peser sur les spreads obligataires entre la France et l’Allemagne dans les 6 prochaines semaines. Nous croyons à un resserrement graduel des spreads dans les prochaines semaines », commente ainsi Morgane Delledonne.
 

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Présidentielle 2017 : les marchés dopés par la possible victoire de Macron

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié