Risques sismiques en France : jusqu’à 8 Md€ de dommages assurés, rien que pour les bâtiments résidentiels

Risques sismiques en France : jusqu’à 8 Md€ de dommages assurés, rien que pour les bâtiments résidentiels

Evaluer le coût des dommages aux biens couverts par le régime catastrophe naturelle en cas de tremblement de terre en France, c’est l’objectif du partenariat noué entre CCR et le service de géologie national (le BRGM). Premier résultat de ces travaux : sur le périmètre du bâti résidentiel, la facture pourrait atteindre 8 Md€.

Depuis l’instauration du régime d’indemnisation des catastrophes naturelles en 1982, la France n’a pas connu de tremblement de terre majeur. Selon le réassureur public CCR, le plus important, en termes d’énergie libérée, est survenu en Martinique en 2007. De magnitude 7,4, il a causé 70 M€ de pertes assurées. Le tremblement de terre le plus coûteux depuis 1982 a eu lieu à Annecy en 1996. De magnitude 5,3, il a engendré une facture de 110 M€.

Cependant, la France n’est pas à l’abri d’un séisme de plus forte ampleur. Rien qu’en métropole, plusieurs régions - l’Alsace, les Alpes et les Pyrénées - sont classées en zones de sismicité de niveau 4 sur une échelle qui va jusqu’à 5. Cette cartographie est connue mais elle ne donnait jusqu’à présent aucune indication sur le coût du risque sismique en termes d’assurance. C’est à ce travail d’évaluation des dommages couverts dans le cadre du régime d’indemnisation des catastrophes naturelles que se sont attelés CCR et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

Jusqu'à 8 Md€ dans les Pyrénées et 5 Md€ dans les Alpes

Leurs premières études (voir la carte ci-dessous) montrent que sur un des territoires les plus exposés, - les Pyrénées -, la facture pourrait atteindre jusqu’à 8 Md€, en tenant compte uniquement des dégâts causés aux logements et aux commerces de proximité situés dans des bâtiments résidentiels. Une estimation qui recouvre les dommages aux bâtis et à leur contenu, mais aussi dans le cas des commerces, les pertes d’exploitation.

Toujours selon ces mêmes critères, la facture pourrait atteindre les 5 Md€ dans les Alpes et les 4Md€ en Alsace. Ces évaluations sont basées sur des scénarios sismiques associés à une analyse de la vulnérabilité des bâtiments répertoriés dans chaque zone et à une estimation de leur valeur assurée.

"Un catalogue d'événements"

Le modèle développé par CCR et le service de géologie national permet d’évaluer l’exposition au risque par commune ou par quartier, selon différents scénarios. Exemple : dans l’hypothèse d’un séisme de magnitude 5,7 tel que celui survenu à Bigorre dans les Pyrénées en 1660, le total des pertes assurées se situerait aujourd’hui entre 4 et 7 Md€. Sur l’agglomération de Pau, le détail de la facture serait le suivant : 350 à 470 M€ pour les logements individuels, 470 à 670 M€ pour les logements collectifs et 300 à 650 M€ pour les commerces de proximité, dont 50 à 100 M€ de pertes d’exploitation.

Ces travaux constituent, selon Julien Rey, sismologue au sein du BRGM, « un outil d’aide à la décision pour la prévention du risque au niveau national ou local ». Ces estimations des dommages pourront également se révéler utiles en cas d’événement ou à l’occasion d’exercice de gestion de crise. Du point de vue assurantiel, « ce catalogue d’événements » permet, selon Pierre Tinard, modélisateur au sein de CCR, d’avoir « une vision des pertes annuelles probables sur les territoire à risques » ou encore d’identifier « le cumul des pertes probables liées aux séismes avec celles des autres périls relevant du régime cat’nat’. »

Ces premiers travaux de modélisation ont été réalisés sur 30 départements, représentant 12 millions de logements et 3000 Md€ de valeurs assurées. D’ici à 2019, l’exercice sera étendu à d’autres départements et intégrera les bâtiments commerciaux, industriels et agricoles.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Risques sismiques en France : jusqu’à 8 Md€ de dommages assurés, rien que pour les bâtiments résidentiels

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié