L’Investissement durable et les assureurs : créer de l’impact à travers le portefeuille obligataire

L’Investissement durable et les assureurs : créer de l’impact à travers le portefeuille obligataire

Ces dernières années, les assureurs français ont déployé d’importantes ressources pour intégrer des approches d’investissement durable et responsable à leur portefeuille. Du côté de leurs actifs généraux, ils se sont dotés de politiques d’investissement durable et nombre d’entre eux considèrent désormais des critères dits « ESG » (Environnement, Social, Gouvernance) dans leurs choix d’investissements, en plus de l’analyse financière classique. Les stratégies durables ont également fait leur entrée du côté des offres assurantielles en unités de compte et, signe de l’intérêt croissant chez les assurés, représentent une part de plus en plus importante de la collecte. Côté passif, les assureurs, dont l’activité cœur est d’assurer des risques, ont bien évidemment un intérêt particulier à comprendre comment les risques de durabilité pourraient se répercuter sur leurs obligations financières. 

L’importance que revêt aujourd’hui l’investissement durable dans les priorités stratégiques des assureurs traduit une prise de conscience chez ces derniers : l’intégration de facteurs de durabilité dans les stratégies d’investissement propose une gestion des risques plus complète et aide à l’identification de potentielles nouvelles opportunités d’investissement. Cette évolution structurante est également portée par diverses mesures règlementaires, notamment par la réglementation « Sustainable Finance Disclosure Regulation » (SFDR) et la taxonomie européenne des activités durables.

Aujourd’hui, face à l’urgence de ces enjeux, de plus en plus d’assureurs souhaitent aller au-delà de l’intégration de dimensions ESG et ajoutent à leurs dispositifs d’investissement durable des stratégies dites « d’impact ». En effet, les stratégies d’impact vont au-delà de la prise en compte des risques et opportunités ESG : l’investissement d’impact est réalisé avec des objectifs explicites d’effets environnementaux ou sociaux positifs et mesurables.

Impact et instruments obligataires : un nouveau champ d’action

À ses débuts, l’investissement durable, y compris les stratégies d’impact, a souvent été associé aux investissements en actions, cotées et non-cotées. Aujourd’hui, les applications dans les portefeuilles obligataires sont tout aussi répandues, et intéressent particulièrement les assureurs dont les actifs généraux sont en grande partie investis en produits de dette. Par ailleurs, le marché obligataire est la plus grande classe d’actifs, fournissant une source fiable de capitaux pour la mise en œuvre d’objectifs de développement durable. Relativement peu de nouveaux financements proviennent des émissions d’actions. En tant que « propriétaires », les investisseurs en actions cherchent à être des gardiens de toutes les activités dans lesquelles la société est impliquée. Les investisseurs obligataires, eux, peuvent choisir de financer tout ou partie de l’expansion d’un emprunteur à travers des projets spécifiques.

Ici s’ouvre, grâce à la classe d’actifs des obligations durables, un nouveau champ d’action pour les assureurs qui souhaitent associer potentiel de rendement financier et effet positif sur l’environnement et la société. Les obligations durables financent des investissements durables spécifiques au sein d’une entreprise. Ces investissements sont réalisés dans le but de générer des bénéfices environnementaux ou sociaux positifs, transparents, mesurables, ainsi que des rendements financiers à long terme.

La classe d’actifs des obligations durables se compose de plusieurs segments : les obligations vertes (en anglais green bonds) financent des projets environnementaux. Les obligations sociales (social bonds) soutiennent des projets qui portent des objectifs sociaux. Ceux-ci visent notamment à répondre aux enjeux qui sont devenus de plus en plus évidents au cours de la pandémie, tels que la santé et l’éducation. Un troisième segment est constitué d’obligations qui financent à la fois des projets à impacts environnementaux et sociaux (sustainable bonds). Ces trois premières catégories d’obligations portent sur des projets qui contribuent aux Objectifs de développement durable des Nations Unies en finançant les efforts des sociétés en faveur du climat, des services essentiels, des infrastructures durables, du progrès socioéconomique ou d’autonomisation. Les produits sont affectés à des actifs environnementaux ou sociaux spécifiques avec des mesures d’impact clairement définies au moyen d’indicateurs de performance clés.

Enfin, une quatrième catégorie est celle des obligations dites « liées au développement durable » (Sustainability-Linked Bonds ou SLB). Ces dernières conditionnent le taux d’intérêt à la réalisation d’objectifs de durabilité : si ces objectifs, mesurés par des indicateurs clés de performance prédéfinis, ne sont pas réalisés, l’emprunteur doit payer un taux d’intérêt plus élevé. Par exemple, une entreprise de services publics pourrait utiliser comme indicateur de performance clé les émissions de carbone rapportées à sa production pour mesurer son alignement sur les objectifs climatiques de l’Accord de Paris.

Obligations sociales : des réponses concrètes à des problèmes tangibles

Le marché des obligations sociales n'est pas encore aussi mature et diversifié que le marché des obligations vertes, mais constitue l'un des segments les plus dynamiques des obligations durables.

Parmi les premières obligations sociales se trouvent en 2013 l’obligation « Banking on Women » de l’International Finance Corporation et en 2014 par l’obligation « Inclusive Business ». À la suite de la publication des Social Bond Principles par International Capital Market Association en 2016, les premiers acteurs de cette nouvelle vague furent des établissements financiers publics, tels que des organisations supranationales, des organismes gouvernementaux et des autorités locales.

Alors que certains pensaient à tort, surtout quand elles sont initialement apparues, que l’investissement dans les obligations sociales se faisait au détriment du rendement, le couple rendement/risque d'une obligation sociale correspond en fait à celui d'une obligation classique du même émetteur. L'impact social de l'obligation est une valeur ajoutée non financière indépendante.

Ces dernières années, les obligations sociales ont connu une croissance très impressionnante et leur base d’investisseurs s’est diversifiée. Ainsi, entre 2019 et 2021, ce marché passe d’environ 10 milliards d’émissions annuelles à plus de 150 milliards de dollars. Cette croissance s'explique en partie par la capacité des obligations sociales à financer des solutions pour faire face à certains des grands défis actuels, comme l’inégalité hommes/femmes, ou les mesures de soutien à l’économie pendant la pandémie. En effet, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière l'importance des facteurs sociaux et leurs potentielles répercussions sur la valeur des actifs. Les risques sociaux, du bien-être des employés aux relations avec les communautés locales, impactent directement ou indirectement un éventail particulièrement large d’émetteurs.

Les assureurs prennent donc de plus en plus en compte ces enjeux sociaux dans leurs décisions d’investissement. Les obligations sociales leur permettent d’aller encore plus loin : elles offrent un moyen efficace de répondre directement à ces problématiques en finançant des projets spécifiques. Ces instruments constituent ainsi un élément fondamental de la réalisation de l'Agenda 2030 des Objectifs de développement durable des Nations Unies. La multitude de solutions qu’elles peuvent financer en font un acteur majeur du changement social. Ce peut être par exemple : des logements à loyer modéré, des infrastructures et des services essentiels, la création d'emplois, la sécurité alimentaire…

Au-delà des problèmes tangibles actuels liés aux conséquences de la pandémie, l’attractivité du marché des obligations sociales pour les assureurs est soutenue par plusieurs tendances de fond : les obligations sociales sont aujourd'hui largement utilisées pour les grands projets durables du secteur public. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à vouloir réduire les risques sociaux qui impactent leurs activités. Enfin, la taxonomie sociale de l’Union européenne devrait contribuer à fournir un cadre réglementaire qui rendra les obligations sociales encore plus attractives. Ce type de nouvelles règles, quand elles seront promulguées, contribueront sans doute à soutenir encore plus les objectifs sociaux de la durabilité.

Mettre en œuvre les stratégies d’impact obligataires : l’importance d’une expertise pointue

Les obligations sociales, comme les obligations durables de manière générale, offrent un exemple éloquent du rôle que peut jouer la finance en orientant les investissements vers des objectifs de durabilité précis compatibles avec un niveau de rendement attractif. Pour les assureurs, la croissance de cette classe d’actifs ouvre un champ d’action intéressant pour intégrer des stratégies d’impact à leurs portefeuilles obligataires.

Toutefois, investir dans ce domaine n'est pas sans difficulté et nécessite une solide expertise permettant d’analyser en profondeur les émetteurs, les obligations et les projets durables qu’elles visent à financer. En effet, il n'existe pas encore de normes universelles en la matière et les émetteurs souverains ne sont pas soumis aux normes relatives à la déclaration des résultats de leurs projets durables. Cela signifie que les informations clés relatives à ces obligations peuvent être hétérogènes et que des équipes de spécialistes sont indispensables pour opérer une sélection optimale au sein de l’univers d’investissement.

Contenu proposé par Candriam

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Emploi

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L’Investissement durable et les assureurs : créer de l’impact à travers le portefeuille obligataire

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié