Assurance : des hausses tarifaires justifiées (Rapport)

« Consommateur, il est plus que jamais le moment de faire jouer la concurrence. »  Telle est en substance la réaction de Christine Lagarde après avoir rendu public le samedi 22 janvier, le rapport des directions du Trésor et de la concurrence sur les hausses des tarifs de l’assurance. De fait, le document, commandé le 14 décembre dernier, rejette largement l’idée d’une dérive des cotisations auto et habitation. «  Les tarifs semblent donc bien suivre l’évolution de la sinistralité, à la baisse comme dans le creux du milieu de la décennie ou à la hausse comme en début et fin de période », expliquent les auteurs du rapport après avoir souligné que « dans les deux secteurs, l’équilibre n’a été atteint que grâce aux produits financiers jusqu’en 2007. Depuis lors, le retournement des marchés financiers conjugué à une très forte hausse de la charge des sinistres en 2009 a conduit à une dégradation de l’équilibre économique qui devrait se confirmer en 2010 […] ».

Concernant les contrats MRH, le rapport relève ainsi une « évolution majeure en 2009 et 2010 » : « les évènements climatiques importants ont conduit à une fréquence et à un coût de sinistre très élevé, entrainant une hausse de la charge liée à la tempête, à la grêle et à la neige de près de 225% entre 2008 et 2010. » La situation est un peu plus complexe pour l’automobile. La fréquence des sinistres est plutôt orientée à la baisse à l’exception notable des bris de glace, mais leur coût moyen est à la hausse, qu’ils s’agissent des sinistres matériels ou corporels.

Un marché de l’assurance concurrentiel

Ces hausses qui « s’échelonnent de 2,5% à 4,5% en assurance automobile et de 4,4% à 9% en assurance habitation » relèvent d’autant moins d’une quelconque concertation qu’elles interviennent dans un marché très ouvert. « Les taux de résiliation, variables selon le risque et l’assureur considérés de 2 à 17% par an, révèlent une réelle fluidité du marché, marqué lui-même par une pression concurrentielle forte, tenant tant à la multiplicité des acteurs qu’aux nombreux moyen de comparaison », analyse le rapport, en précisant qu’il revient au consommateur de faire jouer la concurrence, en utilisant notamment les possibilités de la loi Chatel. La ministre a d’ailleurs commandé un autre rapport sur l’application de la non reconduction tacite des contrats, qui doit être rendu débuit février.

Mais les directions du Trésor et de la concurrence renvoient  aussi la balle aux pouvoirs publics, en expliquant que leurs efforts de prévention par exemple en matière de sécurité routière ou d’aléas climatiques, « pourraient influer sur les sinistres dans les années à venir et ainsi limiter la hausse des tarifs ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 septembre 2020

ÉDITION DU 18 septembre 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances pour le CCAS

CCAS

22 septembre

84 - Avignon

Assurances responsabilité civile et risques annexes

SDIS du Cantal Sce Départ. d'Incendie et de Secours

22 septembre

15 - SDIS 15

Prestations de services d'assurances

Parc Naturel Régional du Luberon

22 septembre

84 - PNR DU LUBERON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance : des hausses tarifaires justifiées (Rapport)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

24/01/2011 10h:37

les conclusions du rapport vont elles bénéficier de la même médiatisation en direction des français que la demande du ministre pleine de sous-entendus sur l'existence de hausses non justifiées et qui fut l'occasion d'un dénigrement implicite de la profession.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

24/01/2011 10h:42

De quoi elle se mêle Mme La Ministre, discute t'on nous de ses revenus, des dérives financières de son ministère...C'est le monde à l'envers, un gouvernement libéral "de droite" qui s'imisse dans la gestion privée de sociétés de capitaux...! On croit rêver !!!!!!

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

24/01/2011 20h:35

Notre Ministre veut revenir sur la tacite reconduction..! Quel recul ! Quelle irresponsabilité ! Comment peut on à ce poste pondre de telles inepties ? Le consommateur est largement protégé par le Code des Assurances et la Loi Chatel. Imaginez la population française obligée de resouscrire tous les ans un nouveau contrat habitation , un nouveau contrat auto...cette disposition accroitrait encore plus le nombre de foyers non assurés...

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié