Assurance emprunteur : pour l’UFC-Que choisir, la convention Aeras est «inefficace»

Assurance emprunteur : pour l’UFC-Que choisir, la convention Aeras est «inefficace»
L'UFC dénonce l'opacité de la convention Aeras.

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir juge le protocole d'accord sur le droit à l'oubli de «portée réduite» et dénonce une convention Aeras «inefficace et opaque»

Au lendemain de la signature d’un protocole d’accord sur le droit à l’oubli pour les ex-malades du cancer que l’UFC-Que Choisir juge de «portée particulièrement réduite», puisqu’il ne concerne qu’un nombre d’assurés très limité, l’association consumériste fustige, dans un communiqué, le «fonctionnement inefficace et obscur» et «les marges scandaleuses» de la convention Aeras.

Moins de 700 assurés au 3e niveau en 2013

Selon l’association de consommateurs qui a refusé de signer la Convention Aeras facilitant l’accès à l’assurance emprunteur pour des personnes concernées par des risques aggravés de santé, en 2013, à peine 7% des 9 000 demandeurs (soit 646 candidats au crédit) atteignant le troisième niveau de la convention Aeras, c’est-à-dire celui des «risques très aggravés», ont finalement accepté une proposition d’assurance, mais à des primes «exorbitantes».

4 FOIS LE TARIF DE BASE

Selon des données du Bureau commun d’assurances collectives (BCAC) que l’association s’est procurée, la surprime moyenne payée par les personnes ayant eu un cancer serait de 300%, soit 4 fois le tarif de base d’une assurance emprunteur. Selon l’association, dans le cadre de ce niveau 3, les assureurs auraient perçu 1,6 M€ de primes entre 2003 et 2013 et reversé seulement 250 000 € de prestations, soit 15% des primes encaissées.

L’UFC-Que Choisir dénonce également l’opacité des différentes commissions au sein de la convention Aeras : aucune n’aurait publié de rapport depuis 2008 ou 2009.

Créer une liste de maladies à ne plus déclarer

En outre, la proposition de créer une liste de maladies pour laquelle les assureurs s’engageraient à ne pratiquer aucune sur-tarification ferait perdurer l’opacité. Selon l’association, «la seule manière de rendre cette liste efficace est de la transformer en liste des maladies permettant le droit à l’oubli» : cette liste «unique et publique de maladies, mise à jour chaque année en fonction des statistiques officielles de santé» permettrait aux assurés de ne plus les déclarer à leur assureur.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 15 juillet 2022

ÉDITION DU 15 juillet 2022 Je consulte

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations d'assurance our les besoins de la ville et du CCAS

Ville de Nogent sur Seine

15 août

10 - Nogent-sur-Seine

Marché d'assurances

SEMIGA

15 août

30 - SEMIGA

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance emprunteur : pour l’UFC-Que choisir, la convention Aeras est «inefficace»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié