Assurance maladie – Maladies chroniques : Sophia fait ses preuves

Développé depuis 2008, le programme d'éducation thérapeutique pour les diabétiques a vocation à être étendu à 1,8 million de bénéficiaires potentiels.

Travailler avec les complémentaires

L'Assurance maladie voit plutôt d'un bon oeil les expérimentations d'accompagnement des patients par les complémentaires, comme Vigisanté, lancée par Malakoff-Médéric, Klésia et Humanis, sur l'hypertension artérielle. « Il y a une articulation à trouver avec d'autres programmes », selon Frédéric van Roekeghem, qui ajoute : « S'adresser aux patients dans l'entreprise constitue un levier intéressant. »

L'éducation thérapeutique des patients fonctionne. C'est même un sujet qui « percute l'offre de soins », a déclaré Frédéric van Roekeghem, DG de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), lors de la présentation d'une évaluation médico-économique du programme Sophia. Lancé en 2008, ce service d'accompagnement des patients diabétiques, qui passe par des informations et un suivi téléphonique, a été expérimenté dans une vingtaine de départements pilotes, avant d'être généralisé à fin 2012.

La Cnam dénombre 228 000 patients adhérents et 55 800 médecins traitants impliqués. Dans les départements pilotes, le taux d'adhésion atteint 34%, et 13% dans ceux où le service a été lancé fin 2012. Et l'objectif est de 350 000 fin 2013.

Bientôt les asthmatiques

Cette participation des patients est primordiale : elle permet d'amortir les investissements. « Nous avons un objectif de retour sur investissement en 2014 », précise Frédéric van Roekeghem. Le coût est déjà passé de 127 € par patient en 2012 à 82 € aujourd'hui, et l'objectif est de descendre sous les 70 € par patient, tandis que le point d'équilibre se situera « autour de 55 € ».

L'évaluation médico-économique, qui a porté sur la comparaison entre deux groupes, l'un de 30 000 adhérents à Sophia, l'autre de 54 000 non-adhérents durant trois ans, montre une consommation de soins moindre chez les participants au programme. Sur la période, l'économie se monte à 54 € pour les coûts ambulatoires et 172 € pour les coûts hospitaliers, soit 226 € d'économie par rapport à une dépense de 15 245 € pour le groupe témoin. De plus, la population adhérente à Sophia a une probabilité d'être hospitalisée pour diabète de 11% inférieure. Des résultats jugés suffisamment bons pour inciter l'Assurance maladie à se lancer dans d'autres domaines : d'ici à fin 2013, une expérimentation sera lancée auprès des asthmatiques dans 18 départements.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 01 juillet 2022

ÉDITION DU 01 juillet 2022 Je consulte

Emploi

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances santé et prévoyance

Office Public de l'Habitat Montreuillois

07 janvier

93 - Montreuil

Marché d'assurance pour les travaux de l'EHPAD

Les Résidences du Quercy Blanc

07 janvier

46 - Montcuq

Prestations d'assistance et de conseils juridiques

Communauté de communes Alpes Provence Verdon. CCAPV

07 janvier

04 - CC ALPES PROVENCE VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance maladie – Maladies chroniques : Sophia fait ses preuves

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié