Au secours, les CDS sont de retour !

AIG et Swiss Re s'en rappellent encore douloureusement : les « credit default swaps » peuvent être de vraies bombes à retardement. Dans le cas de la Grèce, l'impact devrait cependant être limité.

Le 9 mars, l'Isda (International Swaps and Derivatives Association, qui regroupe 815 institutions financières de 58 pays), l'organisme « compétent » en la matière, a décidé que, cette fois, la situation de la Grèce constituait bien un « événement de crédit ».

Indétectables et dévastateurs

Cette décision a été prise après que la Grèce a annoncé, le 9 mars, sa décision d'actionner les « clauses d'actions collectives » pour forcer ses derniers créanciers privés réticents à échanger leurs obligations, selon les conditions prévues dans le plan de sauvetage européen.

Le fait que cela soit désormais un « événement de crédit » ouvre de facto la porte au déclenchement des fameux credit default swaps (CDS, en français couvertures de défaillance ou dérivés sur événement de crédit), ces assurances contre le défaut d'un emprunteur. Selon la chambre de compensation américaine, la valeur nette de ces couvertures sur la Grèce s'élevait à 3,1 Md$ (2,3 Md€) au 2 mars 2012, et la valeur brute à 68,9 Md$ (52,8 Md€).

Ce type de couvertures est considéré avec beaucoup de méfiance depuis 2007-2008, car leur déclenchement massif avait engendré des pertes financières énormes pour bon nombre d'établissements financiers, dont AIG et Swiss Re.

Depuis, ils ont fait le ménage dans leurs portefeuilles. Dans le cas actuel, et comme à l'époque, nul ne sait exactement quels établissements financiers détiennent des CDS grecs. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui ont poussé les autorités européennes à « organiser » et à encadrer la faillite de la Grèce.

Depuis deux ans, les CDS sont dans le collimateur de Bruxelles. Fin 2011, la Commission européenne, le Parlement et le Conseil se sont d'ailleurs mis d'accord pour mieux encadrer ces titres dérivés.

Sans commune mesure avec 2008

Aujourd'hui, au vu des montants qui sont en jeu, sans commune mesure avec ceux de 2008, la plupart des observateurs estiment que l'impact financier du déclenchement des CDS grecs sera limité.

Reste à savoir si d'autres CDS souverains devront être actionnés dans les prochains mois. En tout cas, les assureurs français se disent sereins.

3,1 Md$ (soit 2,3 Md€), c'est la valeur nette des couvertures sur la Grèce au 2 mars 2012 (valeur brute : 68,9 Md$).

SOURCE : CHAMBRE DE COMPENSATION AMÉRICAINE

 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances.

Hôpital local de Soultz

25 août

68 - SOULTZ

Prestations d'assistance liée à la gestion des droits de TVA déductible.

Centre Hospitalier de Béziers

25 août

34 - BEZIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Au secours, les CDS sont de retour !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié