Audioprothèses : des prix stables, mais des restes à charge toujours importants

Audioprothèses : des prix stables, mais des restes à charge toujours importants
DR Le marché français de l'audioprothèse a le droit à une première étude de l'assurance maladie, saluée par le Syndicat national des audioprothésistes (Unsaf).

L’Assurance maladie consacre une première étude au marché français des prothèses auditives, poste de dépenses de santé où le taux d'équipement progresse malgré des restes à charge importants mais dans un contexte de tarifs plutôt stables.

Le marché de l’audioprothèse représente aujourd’hui environ un milliard d’euros de chiffre d'affaires, rappelle l’Assurance maladie en introduction de sa première étude sur le sujet, publiée début décembre. Ce "Point de repère" se base notamment sur des données de la Drees, de l’Insee et de la CNAMTS via le Sniiram.

La forte croissance annuelle de ce marché, de 6,6% en moyenne depuis 2006, s’explique non pas par le prix (-0,9% sur cette même période, de 1510 à 1496 euros en moyenne par prothèse) mais par un effet quantité, décomposable pour deux-tiers par l’augmentation du taux de recours et pour un tiers par un effet démographie (augmentation et vieillissement de la population).

Des restes à charge rédhibitoires

362 000 personnes ont ainsi acheté au moins un appareil auditif en 2015, soit 0,6% de la population française : ce taux dépasse le seuil de 1% sur les seules personnes âgées de plus de 65 ans (et 4% pour celles âgées de plus de 85 ans). 630 000 audioprothèses ont été vendues sur cette année, soit une moyenne d’1,73 appareil par personne (29% des assurés n’ont équipé qu’une de leurs deux oreilles, 71% les deux, avec un nombre réduit de personnes se procurant plus d’un équipement dans l’année).

Cette croissance se traduit mécaniquement par une augmentation des remboursements de l’Assurance maladie : sur ce milliard d’euros, 134 millions d’euros sont aujourd’hui pris en charge par l’assurance maladie obligatoire. Les assureurs complémentaires santé couvrent une partie du reste à charge et, via les réseaux de soins, tentent de limiter le reste à charge : ce dernier n’en reste pas moins élevé (2279 euros avant prise en charge des complémentaires).

Les prises en charge différenciées de l’Assurance maladie en fonction de l’âge* permettent de limiter le reste à charge pour les plus jeunes, mais pas pour la principale population concernée (plus de 65 ans). A noter que les fournisseurs d’audioprothèses sont tenus de proposer aux bénéficiaires de la CMU-C des appareils dont le prix n’excède pas le forfait de remboursement, soit 700 euros par appareil (1400 euros pour les patients de moins de 20 ans).

Plan d'action gouvernemental sur l'entrée de gamme

«La publication de ces données montre que les pouvoirs publics prennent actuellement la mesure du potentiel d’efficience de l’audioprothèse en termes de dépenses de soins évitables et de prévention de la dépendance» a réagi le syndicat national des audioprothésistes (Unsaf). Et le syndicat de saluer les évolutions suggérées par la ministre de la Santé Marisol Touraine lors du comité interministériel du handicap, tenu ce 2 décembre à Nancy.

«Les dispositifs d’audioprothèses sont insuffisamment pris en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé, alors qu’ils contribuent à une amélioration importante de la qualité de vie des personnes atteintes de troubles auditifs» a ainsi noté le gouvernement à cette occasion. Un budget de 47 millions d’euros a été annoncé pour «assurer une solvabilisation de l’offre d’audioprothèse d’entrée de gamme», avec un tarif encadré de sorte que le reste à charge soit nul après les remboursements des assurances maladie obligatoire et complémentaire. «La présente décision gouvernementale permet la division du reste à charge par deux (avant intervention des complémentaires santé) dans le cadre de l’offre d’accessibilité, à condition que les 47 millions d’euros dédiés à la mesure s’appliquent au seul deuxième semestre 2017», estime l’Unsaf.

* Les audioprothèses sont prises en charge par l’Assurance Maladie à hauteur de 60% sur la base d’un tarif allant de 900 à 1400 euros pour les patients âgés de moins de 20 ans ou atteints de cécité : ce tarif de base passe à 199,71 euros au-delà de 20 ans.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription et la gestion de contrats d'assurances.

Ville de Colombier Saugnieu

16 juin

69 - COLOMBIER SAUGNIEU

Souscription contrats d'assurance.

Ville de Mazamet

16 juin

81 - MAZAMET

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Audioprothèses : des prix stables, mais des restes à charge toujours importants

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié