Brexit : les compagnies d’assurance jugées «solides» en France (Banque de France)

Brexit : les compagnies d’assurance jugées «solides» en France (Banque de France)
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

La Banque de France, qui a pris acte de la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne, a qualifié les banques et les compagnies d’assurance françaises de « très solides ». Elle reste, toutefois, attentive à l’évolution de la situation économique et financière.

Brexit, le jour d’après. Alors que les Britanniques se sont prononcés à 51,9% vendredi 24 juin pour une sortie de l’Union européenne (« Leave »), les institutions tentent de rassurer les marchés financiers, sévèrement chahutés. Dans un communiqué, la Banque de France indique qu’elle suit « attentivement l’impact de cette décision sur le fonctionnement des marchés financiers et leur stabilité ». Le superviseur français se montre, pour l’heure, confiant sur les impacts potentiels sur les banques et les compagnies d’assurance françaises, les qualifiant de « très solides » au regard de leurs performances et à leurs structures financières.

Les valeurs financières encore fragiles à la Bourse

Ce lundi matin, les bourses européennes sont convalescentes et portent encore les stigmates du « vendredi noir ». A Paris, le CAC 40 perd encore 3,35% à 3 969,59 points, après avoir abandonné 8,04% sur la seule séance de vendredi. Même constat à Londres où le FTSE 100 cède 2,28% à 5 998,80 points. A l’instar de la banque, l’assurance reste la cible des investisseurs. L’indice Stoxx des assureurs (Stoxx® Europe 600 Insurance), qui compte 35 établissements cotés, a perdu plus de 10% entre vendredi et lundi.

Dans le détail, Axa recule de 10,56% à 16,26€. Pire, entre le cours de clôture jeudi dernier et ce matin, sa capitalisation boursière a fondu de plus de 10 Md€ pour atteindre 42,5 Md€. Outre-Manche, Aviva abandonne 7,58% et a vu sa capitalisation boursière passer de 1803 Md£ à 1456 Md£ ! En Allemagne, Allianz cède 1,97% à 124,30 €.

Les banques centrales en pompier

Membre conseil des Gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), comme du G7, la Banque de France s’est dite prête à répondre, « à tous besoins éventuels de liquidités en euros et en devises ». Et d’ajouter : « Nous sommes pleinement mobilisés et déterminés : l’euro est la monnaie stable. »

L'institution française s'inscrit ainsi dans les pas de la BCE, laquelle se tient « prête à fournir des liquidités supplémentaires, si nécessaire, en euros et en devises étrangères ». La gardienne du Temple de la monnaire unique a également confirmé que « le système bancaire de la zone euro est résistant en termes de capitaux et de liquidités. »

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance Responsabilité Civile et Risques Annexes pour le CHU

CHU de Montpellier

21 janvier

34 - Montpellier

Assurances Risques Statutaires

CHU de Montpellier

21 janvier

34 - Montpellier

Missions d'assistance, de conseil juridique et de representation en justice.

Syndicat Inter Hospitalier de Mangot-Vulcin

20 janvier

972 - LE LAMENTIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Brexit : les compagnies d’assurance jugées «solides» en France (Banque de France)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié