Conférence ONU : à Sendaï (Japon), l’assurance réaffirme ses engagements climatiques

Conférence ONU : à Sendaï (Japon), l’assurance réaffirme ses engagements climatiques
Les catastrophes naturelles ont provoqué plus de 1,3 million de victimes et plus de 2000 Md$ (1880 Md€) de dommages depuis 1992.

La troisisème conférence de l'ONU sur la prévention des catastrophes et des risques naturels s'est tenue, du 14 au 18 mars, à Sendaï, au Japon. A cette occasion, le secteur de l'assurance s'est fixé comme objectif de doubler le montant de ses «investissements respectueux de la planète».

Une répétition avant la grande messe de la COP21 à Paris. Du 14 au 18 mars, l’ONU a tenu au Japon, dans la ville de Sendaï (affectée en 2011 par le séisme et le tsunami), sa troisième conférence sur la prévention des catastrophes et des risques naturels.

Ce rassemblement intervient quelques jours après la publication d’un rapport onusien sur la réduction des risques (GAR15) qui évalue l’impact économique des catastrophes naturelles à un niveau compris entre 200 et 250 Md$ (entre 238 et 190 Md€) par an.

Doubler les investissements verts

Lors d’une table ronde consacrée à l’implication du système financier, le secteur de l’assurance – par la voix de l’Icmif, la Fédération internationale des coopératives et mutuelles d'assurances, et l’International insurance society (IIS) – a réaffirmé ses engagements dans la transition énergétique en tant qu’investisseur. A ce titre, dans la perspective de la COP21, le secteur s’est fixé l’objectif de doubler le montant de ses «investissements respectueux de la planète», soit 84 Md$ (79 Md€), et d’atteindre un seuil de 420 Md$ (395 Md€) en 2020. Pour le remplir, l’assurance mondiale planche sur l’élaboration d’un référentiel commun pour définir ces investissements «verts».

«Cette initiative de long terme a pour but d’introduire un changement majeur dans les comportements et les pratiques des investisseurs institutionnels dont le marché pèse 30 Md$ [28 Md€] dans l’assurance», font valoir les deux fédérations internationales. Et d’ajouter : «La fourniture d’un cadre commun permettra de valoriser des projets basés sur la micro-assurance.»

Mesurer l’impact du climat sur la finance

Mandaté par l’ONU, l’assureur et réassureur Willis Group a présenté «the 1-in-100 initiative», un programme élaboré en partenariat avec le Forum économique mondial, dont l’ambition est de produire des outils de mesure de l’impact des aléas climatiques sur le système financier global à compter de 2020. Et ce, alors que les catastrophes naturelles ont provoqué plus de 1,3 million de victimes et de plus de 2 000 Md$ (1880 Md€) de dommages depuis 1992. Et la France n’est pas épargnée, avec près de 500 victimes pour 70 Md$ (66 Md€) de dommages sur la période.

A terme, ce programme pourrait servir de base de référence aux régulateurs et autorités de contrôle pour permettre une meilleure régulation du capital.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions d'assistance juridique.

Ville de Cluses

15 juin

74 - CLUSES

Prestations de services d'assurance.

Ville d'Evian les Bains

15 juin

74 - EVIAN LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Conférence ONU : à Sendaï (Japon), l’assurance réaffirme ses engagements climatiques

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié