Dépendance : mutualisation ne rime pas forcément avec obligation

Dépendance : mutualisation ne rime pas forcément avec obligation
Henri de Castries, président-directeur général d’Axa © MÉDIATHÈQUE AXA-MICHEL LABELLE
Alors que Roselyne Bachelot pose de sérieuses conditions à un éventuel partenariat public-privé, la profession se montre divisée sur l'intérêt d'une couverture obligatoire.

« La question reste ouverte. » Le président de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), Bernard Spitz, n'a pas voulu trancher sur la nécessité d'une assurance dépendance obligatoire, lors des rencontres organisées, le 21 avril, par la FFSA. C'est surprenant, dans la mesure où il avait pointé, quelques minutes auparavant, la nécessité « d'incitations économiques suffisamment fortes pour parvenir à une solution universelle », c'est-à-dire le schéma défendu depuis plusieurs mois par la fédération. « Une assurance obligatoire n'aurait de sens que si la dépendance était susceptible de toucher toute la population. Or, tel n'est pas le cas », justifiait, en décembre dernier au Sénat, Gérard Méneroud, président de la commission plénière des assurances de personnes à la FFSA.

Seul moyen pour un seuil d'adhésion correct

Bernard Spitz aura peut-être voulu ménager l'opinion contraire de certains adhérents. Et pas des moindres : lors de ces rencontres, le président-directeur général d'Axa, Henri de Castries, a de nouveau plaidé en faveur d'une couverture obligatoire comme « seul moyen d'assurer la solidarité ». Cette « mécanique d'assurance universelle » concernerait, dans un premier temps, les personnes de moins de 70 ou 75 ans.

Et d'ailleurs, Jürgen Gerke, directeur financier d'Allianz France, plutôt partisan d'une libre souscription - « C'est un choix de vie » -, a convenu du risque d'un « taux d'adhésion faible » sans contrainte de couverture.

Sauf que les Français sont majoritairement opposés à l'idée d'une obligation d'assurance (voir graphique), dont la Mutualité française relève par ailleurs la complexité de mise en oeuvre. « Logiquement, les mutuelles sont favorables à une inclusion de la dépendance dans les couvertures santé via les contrats responsables », a expliqué son directeur général, Jean-Martin Cohen-Solal.

Obligatoire ou pas, il faut encore que l'assurance dépendance trouve pleinement sa place dans la réforme que Nicolas Sarkozy doit annoncer à l'été.

La ministre rappelle les principes

Roselyne Bachelot, invitée à conclure les rencontres de la FFSA, s'est bien gardée, en pleine phase de concertation, de livrer sa pensée. Néanmoins, la ministre des Solidarités a clairement posé les conditions d'un partenariat public-privé : lisibilité des contrats, portabilité des droits, absence de sélection..., sans oublier les mêmes critères de déclenchement des garanties, ce qui exige « un énorme travail », selon la ministre, qui, visiblement, a bien lu les conclusions du groupe de travail de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA).

LA CAPITALISATION EN ALLEMAGNE :

Notre voisin d'outre-Rhin discute également de l'instauration d'une assurance dépendance privée. Le programme de l'actuelle coalition au pouvoir prévoit « un système de capitalisation, qui doit être obligatoire, individualisé et juste vis-à-vis des générations » en complément de l'assurance dépendance, créé en 1995. Cette dernière aura effectivement du mal à supporter le choc du vieillissement : 67% de la population aura plus de 65 ans en 2060 ! À l'instar de l'assurance maladie, ce système par répartition est géré à la fois par des caisses publiques et des assureurs privés.

Dépendance : mutualisation ne rime pas forcément avec obligation

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 30 septembre 2022

ÉDITION DU 30 septembre 2022 Je consulte

Emploi

STELLIANT

ASSISTANT ADMINISTRATIF PESSAC H/F

Postuler

STELLIANT

Assistant Administratif DIJON H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'expertises comptables

CMIN - Chartres Métropole Innovations Numériques

10 janvier

28 - Chartres

Prestations de services d'assurance pour les besoins de l'OPH d'Aubervilliers (7 lots)

Office Public de l'Habitat d'Aubervilliers

10 janvier

93 - AUBERVILLIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Dépendance : mutualisation ne rime pas forcément avec obligation

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié