GEMA : Les mutualistes de l'assurance entendent peser davantage dans les débats

Fort de ses 46 adhérents, le Gema estime ne pas être suffisamment associé aux nombreux chantiers actuellement ouverts dans le secteur. Il l'a clairement exprimé le 17 février, lors de sa conférence annuelle.

Les mutuelles d'assurances ont plutôt bien traversé la difficile année 2011, avec un chiffre d'affaires en hausse de 5%. Pour autant, les dirigeants du Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (Gema) ne sont pas totalement satisfaits. À l'occasion de la présentation de leur bilan annuel, ils ont regretté, évoquant même une certaine amertume, ne pas être suffisamment entendus sur les thèmes d'actualité qui ne manquent pas.

LE GEMA EN CHIFFRES

46 sociétés adhérentes en France

1 groupe d'assurances mutuelles en Belgique (Ethias)

21,1 millions de sociétaires (+ 340 000 en 2011)

 

L'assurance vie, placement populaire

Le rapport de la Cour des comptes propose une réforme des contrats d'assurance vie, notamment l'allongement de 8 à 12 ans de leur durée de vie, car ce produit est d'abord perçu comme un outil de préparation à la retraite. Le Gema pointe le risque d'en faire un produit réservé aux détenteurs de revenus élevés. « L'assurance vie n'est pas un produit de riches, elle doit rester un placement populaire. Si le prochain gouvernement entend suivre le rapport de la Cour des comptes, il y aura des points qu'il faudra aborder. Nous sommes ouverts au dialogue, mais pas aveuglément », a prévenu Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Gema.

La santé-dépendance, un secteur porteur

Avec 1 Md€ de cotisations, Gérard Andreck, président du Gema, reconnaît qu'il ne s'agit que d'un début, mais souligne combien la croissance de l'activité dans la santé est à prendre en considération. Il estime que les mutuelles d'assurances constituent bien un quatrième type d'acteurs sur ce marché. « À ce titre, nous devons être associés aux réflexions », a-t-il indiqué, au moment où les relations avec la Mutualité française se multiplient.

Inquiétudes sur les dettes souveraines et la Grèce

« Nous ne sommes pas suffisamment informés des discussions sur la situation de la Grèce », estime le Gema, déçu de passer après les banquiers, compagnies d'assurances ou fonds de pension, et de les voir porter les intérêts des mutuelles, en leur nom. Une attitude difficile à accepter dans un contexte où les exigences de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) sont fortes en matière de provisions.

Une taxe pour les catastrophes naturelles

Autre sujet important, le projet de loi portant réforme du régime des catastrophes naturelles aura-t-il le temps d'être examiné ? « Il est important de voir imposer de nouvelles règles d'urbanisme qui excluront du bénéfice de la garantie les habitations construites en violation des normes de sécurité », précise Catherine Traca, secrétaire générale adjointe. Mais, là encore, les mutuelles d'assurances aimeraient que l'on entende leur requête : faire de la contribution au fonds « Barnier » (12% de la surprime cat' nat') une taxe, soumise au vote et au contrôle du Parlement.

SOLVA 2 PRESSÉE PAR LE TIMING DE L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE
  • La question de la transposition en droit français de la directive européenne Solvabilité 2 est un sujet fondamental qui occupera fortement le Trésor et les acteurs du marché durant toute l'année 2012. Tous s'y activent, et de nombreuses réunions techniques ont déjà été mises en place. Néanmoins, il s'agit de transposer d'ici à la fin de l'année la directive de 2009, ainsi que celui d'Omnibus 2, un texte toujours critiqué par le marché et en attente d'adoption par le Parlement européen. « Le calendrier est tellement serré que le Trésor, convaincu de ne pas pouvoir présenter le texte devant le Parlement français dans les délais, aurait l'intention d'introduire un nouvel article dans la réforme du régime cat' nat'. Cet article autoriserait le gouvernement à modifier le code des assurances par ordonnance », a expliqué Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Gema. Le risque étant qu'il ne soit pas voté avant la fin de l'année et que la transposition de Solvabilité 2 ne soit pas terminée fin 2012, alors que son entrée en application est toujours théoriquement prévue le 1er janvier 2013.

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions de commissaire aux comptes

Occitanie en Scène

23 avril

34 - Montpellier

Prestations de service d'assurance Responsabilité et risques annexes

Ville de La Couarde sur Mer

23 avril

17 - La Couarde-sur-Mer

Fourniture de titres spéciaux de paiement..

CCAS de la Ville de Pau

23 avril

64 - PAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

GEMA : Les mutualistes de l'assurance entendent peser davantage dans les débats

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié