[DOSSIER] Généralisation de la complémentaire santé : le projet [...] 1/8

Généralisation de la complémentaire santé : l’inquiétude des agents d'assurance

Généralisation de la complémentaire santé : l’inquiétude des agents d'assurance
Hervé de Veyrac, président d'Agea, la Fédération nationale des syndicats d'agents généraux d'assurance.

L’avant-projet de loi transposant l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 suscite des critiques parmi quasiment tous les acteurs de l’assurance. En cause : les modalités retenues pour la généralisation de la couverture santé pour tous les salariés. Dès ce week-end, la Fédération nationale des syndicats d’agents généraux d'assurances, AGEA, dénonçait « le volte-face brutal du gouvernement visant, notamment à la réintroduction des clauses de désignation dans le texte ». Pour rappel, les partenaires sociaux d’une branche professionnelle peuvent aujourd’hui désigner un ou plusieurs organismes d’assurance afin de gérer le régime conventionnel de frais de soins qu’ils ont négocié par accord.

Entorse à la liberté contractuelle

Manifestant son « incompréhension sur l’entorse manifeste à la liberté contractuelle sur laquelle s’étaient accordés les partenaires sociaux », AGEA  - qui représente 62% des agents généraux - ne cache pas une « très vive inquiétude sur le chiffre d’affaires et donc l’emploi dans les agences générales d’assurance, acteurs de proximité et de la vitalité des territoires ». Et le président d’AGEA, Hervé de Veyrac de souligner que « la santé individuelle représente en moyenne 7% du chiffre d’affaires de la profession ». Selon les estimations de la fédération, plus de 2000 emplois seraient menacés.

Plus de 1000 entreprises menacées

Le Syndicat 10 a également fait ses calculs. Selon le représentant des courtiers grossistes, ce sont au total 30000 emplois, directs et indirects, qui seraient menacées par le maintien des clauses de désignation. « En effet, près de 6 millions de chefs de famille sont concernés par ces accords de branche, soit environ 12 millions de bénéficiaires qui demain, ne seront plus gérés de manière individuelle par cette filière », peut-on lire dans le communiqué du Syndicat 10, membre fondateur de l’APAC, qui précise également : « Sur les 800 acteurs mutualistes et les 7000 courtiers qui composent aujourd’hui le marché, on peut estimer que 1000 à 1500 entreprises disparaîtront.» 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 mai 2021

ÉDITION DU 14 mai 2021 Je consulte

Emploi

ODYSSEY RE

Adjoint(e) de Souscription F/H

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances responsabilité civile, décennale du SIEP du Santerre.

SIEP du Santerre

14 mai

80 - SIEP DU SANTERRE

Prestations de services juridiques.

Ville d'Emerainville

14 mai

77 - EMERAINVILLE

Accompagnement à la création d'une structure d'attractivité territoriale : étude dé...

Communauté Urbaine Grand Besançon Metropole

14 mai

25 - GRAND BESANCON METROPOLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Généralisation de la complémentaire santé : l’inquiétude des agents d'assurance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié