[DOSSIER] Généralisation du tiers payant : un long fleuve intranquille 9/13

Généralisation du tiers payant : la CSMF durcit le ton

Généralisation du tiers payant : la CSMF durcit le ton
Le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF, appelle à la démission de la ministre de la Santé Marisol Touraine.

Alors que la ministre de la Santé Marisol Touraine veut associer les professionnels de santé à l’élaboration d’une solution technique pour généraliser le tiers payant, le premier syndicat de médecins réaffirme son hostilité au dispositif.

Lors de ses vœux, que ce soit aux personnalités du monde de la santé ou aux journalistes de la presse sociale, la ministre de la Santé Marisol Touraine a rappelé la nécessité d’associer les professionnels de santé au prochain dispositif technique permettant en pratique la généralisation du tiers payant intégral.

Ce dispositif, attendu au plus tard pour la fin du mois de février, doit ainsi prendre en compte la récente décision du Conseil constitutionnel, permettant le tiers payant général sur la part obligatoire mais pas sur la part complémentaire. Mais la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), premier syndicat de médecins aux dernières élections professionnelles*, n’entend visiblement pas faciliter ce processus.

Répliques en série

La CSMF répond d’abord au président de la Mutualité Française Etienne Caniard qui, peu après la décision des sages de la rue Montpensier, appelait les médecins à «prendre leurs responsabilités» sur le dossier du tiers payant complémentaire. Réponse sans appel de la CSMF : «la responsabilité des médecins est avant tout de soigner leurs patients», insistant également sur le fait que «la responsabilité des médecins est aussi de garantir une parfaite et complète indépendance vis-à-vis des payeurs». Et d'asséner : «le tiers payant complémentaire est une fausse mesure sociale : il traduit et encourage le désengagement de l’Assurance Maladie».

Elle considère également que cette décision du Conseil constitutionnel «valide» le précédent appel à la désobéissance civile de la Confédération et, par la même, appuie sa demande de réécriture de la loi Santé. «Une loi corrective s’impose avec un autre ministre de la Santé», note même la CSMF par la voix de son président Jean-Paul Ortiz, se réjouissant que «le tiers payant généralisé ne verra jamais le jour». A noter que de son côté, le Syndicat des médecins libéraux (SML) se déclare «vigilant» suite aux récentes déclarations de M. Caniard.

* La CSMF a conservé le 17 octobre 2015 sa première place aux élections professionnelles avec 25,4% des suffrages exprimés, contre 22,7% à la Fédération des médecins de France (FMF), 19,8% au SML et 17,2% au syndicat de médecins généralistes MG France.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 25 octobre 2019

ÉDITION DU 25 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de prestations d'assurance pour la complémentaire santé.

Société aéroportuaire Guadeloupe Pôle Caraibes

23 octobre

971 - LES ABYMES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Généralisation du tiers payant : la CSMF durcit le ton

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié