Intempéries : des mesures pour accompagner les viticulteurs

Intempéries : des mesures pour accompagner les viticulteurs
Des viticulteurs de plusieurs régions ont subi des dégâts causés par la grêle du 27 mai 2016.

Le ministère de l'Agriculture demande aux préfets des zones touchées par les orages de grêle de mettre en place des mesures pour soutenir les viticulteurs. Les pertes de récolte ne relevant pas du régime des calamités agricoles, les exploitants sont encouragés à s'assurer.

 

Nouvel épisode difficile pour les viticulteurs. Après le gel du mois d'avril qui a touché le Val de Loire, la Bourgogne et l'Aude, les orages de grêle du 27 mai 2016 ont durement frappé les viticulteurs de l'Yonne, de la Charente, de la vallée du Rhône et du Sud-Ouest.

Suite à l'appel lancé par la FNSEA le 30 mai 2016, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué que les services de l'Etat étaient mobilisés pour évaluer les dégâts et accompagner les producteurs.

Des mesures de soutien

« Ces intempéries ont occasionné des dégâts importants sur les bourgeons et les feuilles, qui conduiront à des pertes de récolte, variables mais significatives », indique le ministère tout en précisant que les pertes définitives ne pourront être connues qu'à l'issue de la récolte 2016.

En attendant, le ministre Stéphane Le Foll a demandé aux préfets de prendre des mesures : accès au chômage partiel pour les salariés des exploitants, dégrèvement de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles touchées par la grêle, report du paiement des cotisations sociales auprès des caisses de la Sécurité sociale agricole.

Pas d'intervention du FNGRA

Sachant qu'en viticulture, les pertes de récolte sont assurables, elles ne relèvent pas du régime des calamités agricoles, rappelle le ministère. Le Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) ne pourra donc pas intervenir. « Les calamités agricoles sont toutefois mobilisables, le cas échéant, pour les pertes de fonds, si les dommages impactent la récolte 2017 », précise le ministère.

Face à la recrudescence des intempéries, Stéphane Le Foll souligne l'importance de l'assurance récolte, « qui couvre à ce jour un peu moins de 25% des surfaces viticoles » et rappelle l'existence du contrat socle lancé fin 2015. « Plus abordable et donc plus attractif que le système actuel d'assurance récolte, [ il ] doit justement permettre de mieux protéger les agriculteurs, en convenant à la grande majorité des exploitants et en assurant la pérennité du système. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens et risques annexes

Ville de Quimper

24 juin

29 - Quimper

Fourniture de bons d'achats et livraison de cadeaux de noël pour les enfants du per...

Métropole Toulon Provence Méditerranée

23 juin

83 - CA TOULON PROVENCE MEDITERRANEE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Intempéries : des mesures pour accompagner les viticulteurs

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié