L’Amice clôt son congrès avec la santé

L’Amice clôt son congrès avec la santé

L'Association européenne des assureurs mutuels et coopératifs (Amice) a achevé son rassemblement à Gdansk, en Pologne, avec une table ronde sur la santé, un thème qui n’avait encore jamais été abordé en congrès jusqu’à maintenant. Appelé à répondre à la question « Les mutuelles européennes sont-elles le remède aux difficultés du système de soins européens ? », les intervenants ont cherché à voir comment leurs  sociétés pouvaient à la fois saisir des opportunités pour augmenter leur part de marché, tout en divulguant l’idée de la solidarité.

Les modèles de couverture de trois Etats membres de l’Union européenne ont été approfondis. Au Pays-Bas, par exemple, Roelof Konterman, président d’Achmea Care & Health, estime que les mutuelles peuvent répondre aux difficultés rencontrées par le système étatique, « mais cela peut-il être le cas partout, je n’en suis pas sûr », a-t-il nuancé. Dans son pays, qui a introduit en 2006 la couverture de base, on dépense 12% du PIB en soin de santé, un chiffre qui continue d’augmenter. Le système privé est encadré par un garde-fou public : il n’y a pas de sélection des risques, chaque citoyen a un produit d’assurance obligatoire. Il n’y a, en conséquence, aucune différenciation au niveau des primes : au sein d’une même compagnie, on ne trouvera pas de différence de tarif qui serait établie sur l’âge, ou le sexe par exemple. L’Etat procède ensuite à un lissage du risque par le biais de compensation (en fonction de l’état de santé des clients couverts par les mutuelles).

Cette deuxième et dernière journée du congrès qui rassemblait, les 7 et 8 juin, les organismes professionnels européens (FNMF, Gema et Roam pour la France), mais aussi des assureurs directs (parmi lesquels une majorité de PME du secteur), s’est achevée par l’annonce du lieu de la prochaine rencontre qui se fera à Nice. Le mot final est revenu à Asmo Kalpala, qui présidait pour la dernière fois l’Amice : «  On croit que l’avenir se prépare avec l’enseignement mais je suis convaincu, depuis hier soir,  que si l’éducation est importante, elle ne l’est qu’à condition de ne pas perdre ses valeurs et son intérêt pour les autres ».

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L’Amice clôt son congrès avec la santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié