L’Observatoire national des risques naturels est désormais une réalité

L’Observatoire national des risques naturels est désormais une réalité

Parce que ce sont les réalisations concrètes qui officialisent l’existence de bien des instances publiques, ce jeudi 28 mars est particulièrement important pour l’Observatoire national des risques naturels (ONRN). En effet, à l’occasion de ses premières Rencontres, les différents protagonistes de cette initiative ont pu présenter à son comité des utilisateurs (animé par l’Association française pour la prévention des catastrophes naturelles) un portail internet composé d’un annuaire des acteurs de la gestion des risques naturels ; d’un recensement des bases de données publiques existantes et des indicateurs présentant sous forme de cartographies les dommages indemnisés sur la période courant de 1995 à 2010.

L’origine de l’ONRN

« A la suite des dramatiques conséquences de la tempête Xynthia, en mars 2010, j’avais suggéré la création de cet observatoire, partant du constat que certains sinistres auraient certainement pu être évités s’il y avait eu une meilleure visibilité et lisibilité des actions publiques contre les catastrophes naturelles et un partage des informations disponibles », rappelle Bernard Spitz, président de la FFSA qui précise que l’ONRN n’est pas là « pour se substituer à ce qui existe déjà, mais pour s’inclure dans un système plus efficace ». Outre la FFSA, l’Etat (représenté par le ministère en charge de l’écologie) ; le Gema, la Mission des risques naturels et CCR ont signé la convention de partenariat créant l’Observatoire, en date du 3 mai 2012. « CCR s’est naturellement impliqué dans ce projet, sa première mission étant la gestion du régime catnat depuis 1982 », souligne Stéphane Pallez, pdg de CCR qui rappelle la richesse des expertises, données et modélisations détenues par CCR et aujourd’hui partagées avec le plus grand nombre.

Une ambition partagée

La grande majorité des informations réunies dans le portail porte sur le risque inondation. Néanmoins, toutes les parties prenantes ont souligné l’importance d’enrichir ce site de données plus larges, relatives, par exemple, aux avalanches, éruptions volcanique, feux de forêt, mouvements de terrain, séismes et bien évidemment phénomènes météorologiques. «Rappelons qu’en termes de sinistralité, ce sont bien les tempêtes qui ont coûté le plus cher aux assureurs sur les 30 dernières années, loin devant les inondations », souligne Michel Luzi, président de la MRN, qui appelle de ses vœux que ce portail soit complété par une base récapitulant les conséquences des différents événements.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens

Cachan Habitat OPH

16 septembre

94 - Cachan

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L’Observatoire national des risques naturels est désormais une réalité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié